Le président tadjik Emomalii Rahmon, Vladimir Poutine et Xi Jinping à Qingdao (Chine) le 10 juin lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai
Le président tadjik Emomalii Rahmon, Vladimir Poutine et Xi Jinping à Qingdao (Chine) le 10 juin lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai
Le président tadjik Emomalii Rahmon, Vladimir Poutine et Xi Jinping à Qingdao (Chine) le 10 juin lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai ©AFP - MIKHAIL METZEL / SPUTNIK / AFP
Le président tadjik Emomalii Rahmon, Vladimir Poutine et Xi Jinping à Qingdao (Chine) le 10 juin lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai ©AFP - MIKHAIL METZEL / SPUTNIK / AFP
Le président tadjik Emomalii Rahmon, Vladimir Poutine et Xi Jinping à Qingdao (Chine) le 10 juin lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai ©AFP - MIKHAIL METZEL / SPUTNIK / AFP
Publicité
Résumé

Le contraste a été peu relevé : tandis que le sommet du G7 tournait au fiasco au Canada ce 9 juin, les dirigeants des principales puissances asiatiques - notamment la Chine et la Russie - se réunissaient en Chine, à Qindgao, dans une ambiance cordiale. Le centre du monde bascule-t-il à l'est ?

avec :

Brice Couturier (Journaliste, producteur jusqu'en juin 2021 de la chronique "Le Tour du monde des idées" sur France Culture), Isabelle Lasserre (Correspondante diplomatique du Figaro, rédactrice en chef adjointe au service étranger du Figaro), Jean de Gliniasty (Directeur de recherche à l'Iris, ancien ambassadeur de France à Moscou (2009-2013), spécialiste des questions russes).

En savoir plus

Avez-vous remarqué ?

Depuis quelque temps, la Terre penche du côté du Soleil-Levant.

Publicité

Une inclinaison à peine perceptible, invisible à l’œil nu, mais pourtant, quelque chose a changé : le monde n’est plus tourné vers l’Occident.

Le week-end dernier a parfaitement illustré cette tectonique des plaques.

Au sommet du G7 au Canada, il n’a été question que de désunion, Donald Trump finissant par désapprouver la déclaration finale commune que les participants avaient réussi à signer au forceps.

Presqu’au même moment, en Chine, l’Organisation de coopération de Shanghai contrastait par l’unité affichée par ses leaders, en particulier Xi Jinping et Vladimir Poutine.

La montée en puissance de la zone asiatique n’est pas nouvelle. Mais jusqu’à présent, il était surtout question d’un recentrage, ou plutôt d’un rééquilibrage.

Avec Trump au pouvoir, le repli des Etats-Unis se confirme, le camp occidental est fragilisé, la Chine devient de plus en plus centrale dans la marche du monde.

S’agit-il d’un phénomène durable ? Et si oui, quel est le bon cadre institutionnel pour accueillir ce bouleversement ?

"Le monde penche-t-il à l’est ?"

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Prune Saez-Contreras
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration