Le CLUB. Sommes-nous prisonniers des Gafam ?

La photo publiée par Mark Zuckerberg après son allocution à la conférence de Samsung au Mobile World Congress de Barcelone, le 21 février 2016.
La photo publiée par Mark Zuckerberg après son allocution à la conférence de Samsung au Mobile World Congress de Barcelone, le 21 février 2016. - Crédits :  Mark Zuckerberg - Facebook
La photo publiée par Mark Zuckerberg après son allocution à la conférence de Samsung au Mobile World Congress de Barcelone, le 21 février 2016. - Crédits : Mark Zuckerberg - Facebook
La photo publiée par Mark Zuckerberg après son allocution à la conférence de Samsung au Mobile World Congress de Barcelone, le 21 février 2016. - Crédits : Mark Zuckerberg - Facebook
Publicité

De Google à Facebook, les géants du web semblent devenus inévitables. Comment limiter leur emprise sur nos vies privées ? Les Etats et les sociétés civiles doivent-ils s'inquiéter de leur puissance, peuvent-ils les réguler ?

Avec
  • Dominique Nora Ex-directrice de la rédaction de l'Obs
  • Philippe Manière Président et co-fondateur de la société de conseil Vae Solis Communications
  • Anastasia Colosimo politologue et enseignante en théologie politique à Sciences Po Paris
  • Sylvain Bourmeau Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture

Qui se souviendra de Google ou Facebook en 2037 ?

Dans vingt ans, ces deux sociétés auront rejoint les archives d’internet, remplacées par d’autres réseaux sociaux, encore plus puissants, encore plus modernes.

Publicité

A moins qu’en 2037, Google ou Facebook aient donné leur nom à une nouvelle entité politique, transnationale, encore plus puissante et encore plus moderne que les Nations Unies.

On aimerait pouvoir voyager dans le futur pour savoir ce que les Gafam nous réservent.

Les Gafam, outre les deux sociétés déjà citées, c’est Apple, Amazon et Microsoft.

A elles cinq, leur capitalisation boursière est supérieure à la richesse de la France.

Leurs patrons sont reçus comme des chefs d’Etat : ils le deviendront peut-être.

Les services qu’ils ont mis en place ont profondément changé notre vie quotidienne.

Outils formidables, mais outils intrusifs, d’autant plus problématiques qu’ils opèrent aujourd’hui en position ultra-dominante.

Un risque pour nos libertés ? pour la démocratie ?

’Sommes-nous prisonniers des Gafam ?’’

L'équipe