Un ancien président ne devrait pas dire ça ?
Un ancien président ne devrait pas dire ça ?
Un ancien président ne devrait pas dire ça ? ©Maxppp - Christophe Morin
Un ancien président ne devrait pas dire ça ? ©Maxppp - Christophe Morin
Un ancien président ne devrait pas dire ça ? ©Maxppp - Christophe Morin
Publicité
Résumé

En tournée promotionnelle pour la sortie de ses "Leçons du pouvoir" en version augmentée, François Hollande ne se prive pas de critiquer son successeur Emmanuel Macron. Cette pratique est désormais courante chez les anciens présidents. Ne devraient-ils pas s'imposer une forme de devoir de réserve ?

avec :

Patrice Duhamel (Journaliste politique), Géraldine Muhlmann (professeure en sciences politiques à Paris Panthéon Assas et journaliste), Sylvain Bourmeau (Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture).

En savoir plus

Il n’est jamais meilleur, dit-on, que dans cet exercice : celui du tonton flingueur. François Hollande a encore frappé ces derniers jours, à l’occasion de la tournée promotionnelle de la sortie en poche de ses "Leçons du pouvoir". Des leçons qu’il prodigue à Emmanuel Macron depuis le début du quinquennat. Dernière pique en date : "à vouloir tout bousculer, tout s’est arrêté".

Ces propos sont tirés d’une interview au journal Le Parisien. Lequel journal a recensé les petites phrases assassines prononcées par l’ancien Président à propos de la politique menée par son successeur : la liste est longue. François Hollande éprouverait de l’amertume à l’égard de celui qui fut son protégé qu’il n’agirait sans doute pas autrement.

Publicité

Envisage-t-il de revenir en politique, et de le faire par la grande porte, à savoir celle de l’Elysée ? François Hollande ne serait pas le premier sous la Ve à tenter ce pari. Valéry Giscard d’Estaing n’a pensé qu’à ça pendant des années ; Nicolas Sarkozy était persuadé qu’il serait l’homme providentiel de la droite en 2017. A chaque fois, des échecs.

Ni vraiment de retour, ni vraiment partis, les anciens chefs de l’Etat peinent à trouver leur place une fois leur mandat achevé. Doivent-ils intervenir dans le débat public au regard de leur expérience ? Ou faire preuve de discrétion, pour ne pas gêner leur successeur ?

« Un ancien Président ne devrait pas dire ça ? »

Articles :

"Les 20 flèches décochées par Hollande à Macron", Le Parisien, le 01/04/2019

"Nicolas Sarkozy durcit le ton vis-à-vis de l'Élysée", Le Figaro, le 29/03/2019

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Emily Vallat
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration