Publicité
En savoir plus

Des villages ripolinés au point de faire penser à du carton-pâte. Un pays replié sur son histoire, ses parfums, sa gastronomie, son « art de vivre ». Voilà à quoi ressemble la France telle que la redécouvre, après un exil volontaire, le personnage principal de « La carte et le territoire », à la fin du roman de Michel Houellebecq.

Un tableau qui fait mal aux yeux, mais peut-être pas si éloigné que cela de ce à quoi ont commencé à ressembler certaines villes, pas seulement françaises d’ailleurs. A force de vouloir attirer les touristes et répondre à leurs attentes, certaines agglomérations finissent par figer leur patrimoine dans un décor qui n’a plus grand-chose de réel.

Publicité

On parle alors de ‘’muséification’’.

Olivier Mongin, Michèle Prats et François Ernenwein
Olivier Mongin, Michèle Prats et François Ernenwein
© Radio France - C. LECLERE

Cela dit, le jeu en vaut peut-être la chandelle.

A quoi ressemblerait par exemple le bulletin de santé économique de Venise sans sa vingtaine de millions de touristes annuels ?

Accueillir les touristes en faisant en sorte qu’ils se sentent presque comme chez eux, c’est aussi stimuler l’activité économique, donc favoriser la création d’emplois.

Un rapport récent commandé par les ministres de l’Economie et de la Culture évalue à plus de 3 % le poids de la culture (dont fait partie le patrimoine) dans la richesse française.

« *Le développement des villes passe-t-il par leur muséification ? * »

C’est notre sujet du jour.

Émission en partenariat avec le journal :

forum et débat
forum et débat
© Radio France

Suivez-nous aussi sur:

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur Facebook")

Le Bonus de Mina Hafezi : L’une des implications de la muséification des villes est la multiplication des normes urbanistiques, visant à en faire respecter l’héritage architecturale. Dans une ville comme Paris, quasiment tout le foncier est à proximité d’un bâtiment classé ou inscrit, ce qui implique d’obtenir l’autorisation d’un architecte des bâtiments de France pour entreprendre le moindre projet de construction ou de rénovation.

Dans quelle mesure ces normes urbanistiques sont-elles un frein à la créativité des architectes d’aujourd’hui ?

Nous avons posé la question à l’architecte Pablo Katz , qui a œuvré dans de nombreuses villes de France.

Pour en savoir davantage sur son travail, rendez-vous ici, sur son site internet.

Pablo Katz

2 min

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration