Jusqu'à 340 postes de titulaires devraient être supprimer au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) d'ici 2022.
Jusqu'à 340 postes de titulaires devraient être supprimer au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) d'ici 2022. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Jusqu'à 340 postes de titulaires devraient être supprimer au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) d'ici 2022. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Jusqu'à 340 postes de titulaires devraient être supprimer au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) d'ici 2022. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Publicité

250 postes à pourvoir contre 300 l’an passé. Le CNRS recrute de moins en moins. Il demeure la pierre angulaire du modèle de la recherche à la française. Pour combien de temps ? Quelle place pour les autres acteurs de la recherche ? Quelles conséquences sur les conditions de travail des chercheurs ?

Avec
  • Jean-Marie Maillard directeur de recherche au CNRS, porte-parole de Sauvons l'Université et secrétaire de la section du Syndicat national des chercheurs scientifiques de Jussieu
  • Martin Clavey Journaliste scientifique indépendant et auteur du blog The Sound of Science
  • Antoine Petit Président-directeur général du CNRS.

Un coup d’œil sur le site du CNRS donne une petite idée de ce que la recherche française peut découvrir tous les jours. Exemples : « Ces chercheurs qui viennent d’établir un lien entre les crises de migraine, et le dysfonctionnement d’une protéine génératrice de courant ». Ou encore : cette équipe qui a montré la semaine dernière « Comment s’organise la croissance des veines et des artères au cours du développement de l’embryon » : contrairement à ce que l’on pensait jusque là, le sang ne sort pas des artères par le bout… mais en amont, via les capillaires

Il y a aussi ces empreintes digitales étudiées sur des vases dans des ateliers de potiers de Pompéi qui datent du premier siècle de notre ère. Ces physiciens qui ont reproduit, en laboratoire, un phénomène de la stratosphère nommé oscillation quasi-biennale. Ou, plus proche de nous, cette grande enquête sociologique menée auprès des 35 357 maires de France.

Publicité

La recherche française est multi-disciplinaire, foisonnante, reconnue. Le CNRS n’en est pas le seul acteur, loin s’en faut… mais c’est lui qui concentre les inquiétudes des chercheurs en cette période de recrutement…. 250 postes seulement sont à pourvoir, contre 300 jusque-là. On se rappelle les mouvements de 2004 et 2009 et les grèves dans les universités notamment contre l’évaluation des enseignants-chercheurs et les baisses de moyens. Plus de dix ans plus tard, ces doléances sont toujours d’actualité. Auxquelles le gouvernement répond : partenariats public-privé, créations de filiales, et start-ups de la recherche.

"Le modèle français de la recherche est-il désuet ?"

Articles :

Financement de la Recherche : « Malaise » dans les labos : par Sarah Bos pour Les Échos, 19/08/2017.

Antoine Petit, nouveau patron « optimiste » du CNRS : par David Larousserie pour Le Monde, 23/01/2018.

Tribunes :

« L’étiolement programmé du CNRS est un symptôme du dédain pour la recherche publique »: tribune co-signée par les 45 présidentes et présidents des sections et commissions interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique et des jurys d’admissibilité des concours CNRS dans Le Monde, 01/12/2018.

Liens : 

The Sound of Science : blog de Martin Clavey.

58 min
58 min

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Iseult Sicard
Collaboration
Emily Vallat
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration