Débat du second tour de l'élection présidentielle, le 3 mai 2017
Débat du second tour de l'élection présidentielle, le 3 mai 2017 ©AFP - Aurelien Morissard
Débat du second tour de l'élection présidentielle, le 3 mai 2017 ©AFP - Aurelien Morissard
Débat du second tour de l'élection présidentielle, le 3 mai 2017 ©AFP - Aurelien Morissard
Publicité

Par souci de rapidité, Emmanuel Macron a annoncé qu’il comptait légiférer par ordonnance sur le travail. La pratique du pouvoir est-elle en train d’accélérer le temps politique ?

Avec
  • Céline Spector Professeure à l'UFR de Philosophie de Sorbonne Université.
  • François Hartog Historien.
  • Renaud Payre Directeur de l'IEP de Lyon, professeur agrégé en science politique

Après le temps de l’élection, le temps de la mise en place. Le gouvernement est stabilisé, les nouveaux députés arrivent progressivement à l’Assemblée : demain c’est l’ouverture de la XVe législature.
A peine le temps de s’installer au palais Bourbon qu’il va peut-être falloir déménager à Versailles. Le président de la République envisage d’y réunir lundi prochain l’ensemble des parlementaires, à la veille du discours de politique générale de son premier ministre.

D’ici là, le projet de loi d’habilitation à réformer le code du travail par ordonnances aura été présenté en conseil des ministres. Emmanuel Macron a fait de cette réforme un de ses objectifs prioritaires. Prioritaire sur le fond, mais aussi sur la forme : il s’agit de montrer que le nouveau pouvoir agit, et qu’il agit vite. Il avait d’ailleurs annoncé la couleur lorsqu’il était candidat : "nous ferons de la procédure d’urgence la procédure par défaut d’examen des textes législatifs, afin d’accélérer le travail parlementaire".

Publicité

Cette idée de faire de la rapidité une condition de l’efficacité n’est ni nouvelle, ni absurde. Exercer le pouvoir, c’est aussi être capable de trancher, et de le faire vite. Mais dans un temps où les principales urgences politiques portent sur des questions de long terme, n’y a-t-il pas un risque à se laisser imposer un tel rythme ? une telle accélération ?

"Le politique réduit-il le temps de la politique ?"

Liens

Evènement

COLLOQUE : " Temporalité(s) politique(s). Autonomisation et rapport au temps des acteurs publics" du 30 novembre au 1er décembre 2017 à Sciences Po Lyon

L'équipe