France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Comme l'écrit le Nouvel Observateur de cette semaine, après la mort de Jacques Bino, « tout le monde est sonné ». Jacques Bino a, en effet, été « tué d'une balle de fusil de chasse - parce qu'il est tombé sur un barrage censé soutenir le collectif du LKP, son propre mouvement », écrit L'Observateur. Les dirigeants du LKP dénonçaient une police « venue casser du nègre ». Pompiers et policiers venus au secours de Jacques Bino ont mis deux heures à parvenir jusqu'à lui, sous les jets de pierres et les coups de fusil... Il aura fallu ce meurtre d'un syndicaliste, cité Henri IV, près de Pointe-à-Pitre, pour qu'en France, tant l'opinion publique que les sommets de l'Etat, prennent enfin conscience de la gravité d'une crise qui ébranle les Antilles depuis plus d'un mois. Mais quels sont les véritables enjeux du conflit ? Economiques, dans un département d'outre-mer, marqué par l'extrême dépendance envers la métropole et l'absence de vraie concurrence entre les principaux producteurs et distributeurs ? Sociaux, dans une Guadeloupe dont le quart de la population active est au chômage et où 12,5 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté ? Ethnique, dans une société où la mémoire de l'esclavage reste à vif et où l'accès des Noirs au statut de cadre se heurte au même plafond de verre qu'en métropole ? Politique, comme le laisse entendre le slogan du LKP, « la Guadeloupe, c'est à nous, la Guadeloupe, c'est pas à eux ». Oui, quel est le véritable sens du conflit de la Guadeloupe et que nous dit-il sur la réalité sociale et culturelle de la France d'aujourd'hui ?

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration