France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

La famille Obama, en se rendant ce week-end au Musée d'Art moderne du Centre Georges Pompidou, ne s'attendait peut-être pas à être les spectateurs de collections profondément remaniées. Depuis deux semaines, en effet, et pour une durée non définie, les oeuvres accrochées au 4ème étage sont toutes sans exception des oeuvres signées par des artistes femmes. Il est possible que la sensibilité qu'on prête à Barack Obama et son épouse aux questions du minoritaire ait été séduite par ce geste et à ce qu'il offre au regard, car de très belles oeuvres sont présentées dans les galeries du musée. A moins que leur fibre patriotique n'ait été piquée par cette première mondiale : Paris a damé le pion aux commissaires américains. Ces derniers avaient déjà pensé à faire des expositions sur l'art qu'on appelle « art féministe », mais aucun n'avait choisi la différence des sexes comme critère exclusif de sélection des oeuvres. Le nouvel accrochage parisien a cette vertu de rappeler qu'il y a bien des artistes hommes et des artistes femmes et cette surexposition de quelques mois a comme premier mérite de souligner, en creux, la minoration constante des femmes dans le monde de l'art contemporain, comme dans l'écriture de l'histoire de l'art moderne. Mais comment rassembler des artistes uniquement parce qu'elles sont femmes, et même si elles refusent au départ ce type de lecture, sans étayer l'idée d'une quelconque spécificité ? Et alors de quelle nature serait cette spécificité ? Toute artiste femme est-elle nécessairement traversée par des problématiques qu'on rabat classiquement sur du « féminin » ? Et faut-il en conclure que ces questionnements sont absents chez les hommes, ou interdits ? On le sent, cet accrochage pose quelques questions, à commencer par le choix de son sponsor qu'on peut trouver malheureux. Fallait-il aller chercher Yves Rocher pour mettre les femmes, au propre et figuré, sur un piédestal ?

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration