France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

L’académie de Poitiers aurait sans doute dû y réfléchir à deux fois avant de prendre ce genre d’initiative. Un manuel de Prévention de la radicalisation en milieu scolaire a été envoyé aux chefs d’établissement. Intention louable mais contenu problématique, puisque, comme vient de le révéler Mediapart, on y trouve une liste de signes extérieurs censés donner l’alerte, comme par exemeple « la barbe longue non taillée », la moustache rasée, « les jambes couvertes jusqu’à la cheville » ou encore « *l’habillement musulman * ».

Jean-Luc Marret, David Benichou et Farid Abdelkrim
Jean-Luc Marret, David Benichou et Farid Abdelkrim
© Radio France

L’existence d’un tel document témoigne au moins d’une prise de conscience : la nécessité d’engager des actions de prévention pour empêcher la radicalisation d’un nombre toujours plus important de jeunes Français, tentés par l’expérience de la guerre au nom de l’Islam, en Syrie ou en Irak. D’après les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur, plus d’un millier sont impliqués dans des filières djihadistes dont 380 actuellement dans les zones de combat.

Publicité

Mais la prévention seule ne suffit pas. Car à côté de ceux qui ne sont pas encore partis, il y a aussi tous ceux qui reviennent. 215 à ce jour, certains encore dangereux, d’autres traumatisés par une violence à laquelle ils ne s’attendaient pas. Que faire de tous ceux-là ? À entendre les réactions de ces derniers jours, on mesure à quel point les décideurs politiques sont pour l’instant désoeuvrés. Il y est question de déchéance de nationalité, d’enfermement à part, de déradicalisation sans qu’on sache très bien ce que cela signifie.

Comment gérer ces individus aux profils multiples ?

« Les djihadistes français sont-ils récupérables ? »

C'est notre sujet du jour.

Suivez-nous aussi sur

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter")

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration