En 2009, le président de la République Nicolas Sarkozy proposait la règle des trois tiers : un tiers des bénéfices aux salariés, un tiers aux actionnaires et un tiers pour les investissements. ©Getty - Fatido
En 2009, le président de la République Nicolas Sarkozy proposait la règle des trois tiers : un tiers des bénéfices aux salariés, un tiers aux actionnaires et un tiers pour les investissements. ©Getty - Fatido
En 2009, le président de la République Nicolas Sarkozy proposait la règle des trois tiers : un tiers des bénéfices aux salariés, un tiers aux actionnaires et un tiers pour les investissements. ©Getty - Fatido
Publicité
Résumé

Selon le rapport Oxfam, entre 2009 et 2016, les entreprises du CAC 40 ont versé 67 % de leurs bénéfices à leurs actionnaires, en ont investi 27 % et en ont versé 6 % à leurs salariés sous forme d'intéressement et de participation. Est-ce une juste répartition des profits ?

avec :

Jean-Charles Simon (économiste et président de l’entreprise Stacian), Cédric Durand (Économiste, Maître de Conférences à l’université Paris 13.).

En savoir plus

Certains chiffres sont éloquents. Ils n’en sont pas moins trompeurs. Ceux publiés il y a 15 jours par Oxfam appartiennent à ce double registre. Dans un rapport intitulé ‘’CAC 40, des profits sans partage’’, on apprend que les actionnaires sont –de loin- les principaux bénéficiaires de la redistribution des profits des grandes entreprises françaises. Sur la période 2009-2016, ils en ont capté 67.4%. Ne laissant que 27.3 % pour le réinvestissement,  et 5.3 % pour les salariés. Le déséquilibre est flagrant.

Mais très vite, des critiques ont pointé les défauts de la méthodologie d’Oxfam. Parmi les principaux reproches adressés à ce rapport : le fait de ne pas prendre en compte les salaires dans le partage de la richesse ; le fait d’oublier les investissements réalisés avant la redistribution des bénéfices.

Publicité

Pour autant, cette étude mérite de ne pas être écartée trop vite. Car 10 ans après la crise, qui devait accoucher d’une réforme du capitalisme financier, la question de la dépendance des entreprises à leur actionnariat, et celle de la répartition de la valeur ajoutée, ne semble pas avoir beaucoup avancé.

’Les entreprises gâtent-elles trop leurs actionnaires ?’’

Liens 

  • "CAC 40 : des profits sans partage" : rapport d'Oxfam France, publié le 14 mai 2018 

Articles 

  • Bénéfices du CAC 40 : pour Patrick Artus, “Oxfam ouvre le débat avec une méthodologie catastrophique” : L'Usine Nouvelle le 14 mai 2018 
  • Oxfam : les sept biais méthodologiques du rapport qui stigmatise les dividendes des actionnaires : The Conversation, Michel Albouy et Christophe Bonnet le 21 mai 2018 
  • [Editions abonnés] Partage des profits : « Sortir du carcan de la financiarisation n’est pas simple » ": Le Monde, Pierre-Yves Gomez le 26 mai 2018 

Sur le même sujet 

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Prune Saez-Contreras
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration