France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

///////////////////////////////

Emission exceptionnellement enregistrée de 9h15 à 10h sur le campus d’HEC à Jouy en Josas à l’occasion de l’université d’été du Medef.

Publicité

///////////////////////////////

N’ayez pas peur !

C’est en quelque sorte le message que Jean-Marc Ayrault est venu délivrer au patronat hier. Inaugurant ce qui deviendra peut-être un rituel, le chef du gouvernement a fait le choix de venir en personne, à l’université d’été du Medef. Pour dire aux chefs d’entreprise que non, ils n’avaient pas de raison de s’inquiéter des projets du gouvernement en matière économique, mais que oui, la situation était suffisamment préoccupante pour agir et agir vite, notamment dans le domaine de la sécurisation de l’emploi, un des chantiers ouverts en juillet dernier lors de la Conférence sociale.

Pascal Pavageau, Patrick Bernasconi et Etienne Bernard
Pascal Pavageau, Patrick Bernasconi et Etienne Bernard
© Radio France - J Gacon

L’emploi : l’énorme point noir de cette rentrée. Pour le 15e mois consécutif, le chômage a augmenté en juillet dernier, tutoyant désormais la barre des 3 millions de personnes. Une perspective que le gouvernement aimerait endiguer, par exemple à travers la mise en place –rapide- de ses contrats d’avenir, présentés avant-hier en conseil des ministres.

Mais il faudra bien davantage que ces 150 000 contrats (sur 2 ans) pour inverser la tendance. Le risque de récession est là, la croissance en tout cas promet d’être atone pour le 3e trimestre d’affilée. « Les chefs d’entreprise sont d’autant plus inquiets » confessait Laurence Parisot au Monde avant-hier, « que la situation des carnets de commande est préoccupante »

Alors que faire en attendant l’embellie ?

« Les entreprises sont-elles condamnées à faire le dos rond en attendant la reprise ? »

Et le contrepoint : Un CDI pour tous? par Céline Gleize, avocate en droit social.

Les plans de licenciement sont ceux dont on parle le plus pour s'alamer de la rentrée sociale, mais il y a aussi ce que certains appellent plans de licenciement "cachée": ces CDD que l'on ne renouvelle pas.

Céline Gleize2
Céline Gleize2
© Radio France

Comme les salariés intérimaires, dont le nombre a baissé de 60 000 en un an, les salariés en Contrat à durée déterminée sont toujours la variable d'ajustement de l'emploi. Alors certes, c'est le principe du CDD que de prendre fin un jour, le problème c'est qu'en amont, le recours à ce type de contrat s'est banalisé jusqu'à devenir une tendance de fond...

D'après les chiffres récents, 80% des recrutements se font aujourd'hui en CDD, même pour des postes censés devenir pérennes.

Céline Gleize est avocate spécialisée en droit social. Ce qu'elle propose, dans un rapport pour l'Institut Montaigne, c'est de généraliser le CDI, d'en faire la norme unique pour tous, avec quelques aménagements.

gleize ok bonus

11 min

Pour lire le rapport complet de Céline Gleize: http://www.institutmontaigne.org/medias/documents/etude_un_cdi_pour_tous.pdf
Suivez-nous aussi sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur br /
Facebook")

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration