Publicité
En savoir plus

Qu’allaient-ils chercher à l’extérieur ? Voulaient-ils fuir ? Se sont-ils seulement rendu compte de ce qu’ils faisaient ? En ce début d’année, en mois d’un mois, 4 personnes âgées ont été retrouvées mortes après avoir quitté leur maison de retraite.

Un concours de circonstances, qui repose de manière brutale la question de l’arbitrage entre liberté et surveillance pour les pensionnaires de ces établissements : la sécurité doit-elle primer sur tout le reste ? Cette question est d’autant plus d’actualité qu’en présentant, fin février, son rapport annuel, le contrôleur général des lieux de privation de liberté s’est à son tour emparé du débat.

Publicité
Pascal Champvert, Paulette Guinchard et Jean-Marie Delarue
Pascal Champvert, Paulette Guinchard et Jean-Marie Delarue
© Radio France - J-C F

Pour Jean-Marie Delarue, les EHPAD (les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ont vocation à être contrôlés par ses services, au motif que les résidents n’y jouissent pas d’une entière liberté. Le gouvernement parait sceptique. Les professionnels du secteur sont partagés quant à la pertinence d’une telle initiative.

Les familles, elles, s’interrogent : nos parents, nos grands-parents, que nous pensions avoir accompagné en maison de retraite, vivent-ils en fait en prison ? Ce qui représente tout de même une communauté de 700 000 personnes aujourd’hui, répartis au sein d’une dizaine de milliers d’établissements.

Ce matin, trois rapports ont été remis au premier ministre, en vue de nourrir la future loi sur la dépendance, promise pour la fin 2013. Elle posera nécessairement la question de l’adaptation des lieux de fin de vie pour une population qui devient de plus en plus vieille. Débat économique, mais aussi débat éthique.

« Les maisons de retraite sont-elles des lieux de privation de liberté ? » C'est notre sujet du jour.

Et le contrepoint de Julie Gacon:

Les Babayagas
Les Babayagas
© Radio France - JG

Existera-t-il un jour une alternative à la maison de retraite et au maintien à domicile? Thérèse Clerc veut le croire, qui a vu un projet de quinze ans aboutir en octobre dernier: l'ouverture, à Montreuil, de la Maison des Babayagas.

Une structure d'habitation autogérée par 21 femmes âgées de 60 à 80 ans, désireuses de rester autonomes le plus longtemps possible. Rencontre avec Thérèse Clerc, féministe de longue date, militante bien plus que "résidente":

Thérèse Clerc

9 min

Et les témoignages de deux Babayagas (dans les contes slaves, les Babayagas sont des sorcières qui se régalent des voyageurs et des jeunes enfants...),Claude...:

Claude

4 min

... et Jeannie:

Jeannie

3 min

Suivez-nous aussi sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur Facebook")

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration