La maternité de l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve à Montpellier utilise de l'homéopathie, avril 2016 ©Maxppp - MICHAEL ESDOURRUBAILH
La maternité de l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve à Montpellier utilise de l'homéopathie, avril 2016 ©Maxppp - MICHAEL ESDOURRUBAILH
La maternité de l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve à Montpellier utilise de l'homéopathie, avril 2016 ©Maxppp - MICHAEL ESDOURRUBAILH
Publicité
Résumé

Des médecins et professionnels de la santé ont signé une tribune contre les médecines alternatives accusées d’être «nourries par des charlatans». Les réactions pour défendre ces pratiques ne se sont pas fait attendre. Quels compléments peuvent-elles apporter à la médecine dite conventionnelle ?

avec :

Bruno Falissard (Psychiatre, professeur de santé publique à l'université Paris-Sud, directeur du CESP (centre de recherche en épidémiologie et santé des populations)), Christian Lehmann (Médecin généraliste à Poissy dans les Yvelines et romancier), Hélène Renoux (médecin généraliste orientation homéopathie, présidente de la Société savante d'homéopathie et du Comité Européen d'Homéopathie).

En savoir plus

Voilà un débat qui semblait appartenir au passé : celui opposant deux formes de médecine, l’une conventionnelle, l’autre alternative. Les succès de l’homéopathie, de l’acupuncture, de l’ostéopathie… laissaient supposer que leur place, sans être tout à fait officielle, était désormais consolidée. D’ailleurs près d’un tiers des médecins prescrivent aujourd’hui en France, de manière occasionnelle, des traitements homéopathiques.

D’où une certaine surprise à la lecture de la tribune publiée la semaine dernière dans le Figaro, et signée par plus d’une centaine de médecins et de professionnels de santé. "Ces pratiques" écrivent-ils, à propos des médecines alternatives, "sont basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse et sans risques". Or elles sont dangereuses à plus d’un titre, notamment en ce que "leur usage retarde des diagnostics et des traitements nécessaires, avec parfois des conséquences dramatiques".

Publicité
58 min

Les signataires préconisent de ne plus rembourser les soins liés à ces pratiques, et ne plus reconnaître les diplômes afférents comme des disciplines médicales. Les professionnels concernés contestent évidemment cette approche. Ils dénoncent une campagne de désinformation. Mais justement : de quelles informations dispose-t-on aujourd’hui pour trancher sur le sujet ?

"Les médecines alternatives font-elles plus de mal que de bien ?" 

Extraits

Bruno Fallisard : « Il se peut que des médecins qui utilisent des techniques qui s’apparentent à des placebos rendent service à des patients et donc quelque part, pour moi, ce ne sont pas des charlatans. »

Christian Lehmann : « On nous dit que la médecine homéopathique est ciselée autour de chaque individu alors qu’on vend le même médicament à tout le monde. »

Hélène Renoux : « Je suis très en demande d’étude dont la méthodologie serait adaptée pour évaluer le bénéfice de la médecine homéopathique. C’est une médecine exigeante, lente et individualisée. »

Liens :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Articles :

Sur France Culture : 

Et aussi sur Twitter : @Grain_a_moudre + @LehmannDrC + @ordre_medecins ‏+ @Inserm

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Prune Saez-Contreras
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration