Faut-il condamner tout ou partie de l’œuvre de Céline parce qu’il était antisémite ? ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Faut-il condamner tout ou partie de l’œuvre de Céline parce qu’il était antisémite ? ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Faut-il condamner tout ou partie de l’œuvre de Céline parce qu’il était antisémite ? ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Publicité
Résumé

Kevin Spacey « effacé » du film de Ridley Scott, rétrospective Brisseau à la Cinémathèque annulée : le public semble plus intransigeant avec les artistes ayant commis des actes répréhensibles. Dès lors, que faire des ouvrages de Céline ou de Voltaire ? Peut-on dissocier une œuvre de son auteur ?

avec :

Emmanuel Pierrat (Ecrivain, essayiste et avocat), Laurence Hansen-Love (Professeure agrégée de philosophie, spécialiste de philosophie politique et morale).

En savoir plus

En raison d'un mouvement de grève, cette émission n'est pas disponible en podcast ou à la réécoute. Merci de bien vouloir nous en excuser.

Le film s’appelle ‘’I love you, daddy’’. Il devait sortir en France pendant les fêtes, le 27 décembre. Sortie reportée, aux calendes grecques. En cause : le comportement de son réalisateur, l’humoriste américain Louis C.K, accusé de s’être masturbé devant plusieurs femmes, sans leur consentement (il a reconnu les faits). Pour le distributeur français du film, qui s’exprime dans Libération : le film ‘’est formidable. Mais dans le contexte actuel, il est insortable’’.

Le contexte, c’est bien entendu celui de l’affaire Weinstein. Depuis quelques semaines, de très nombreuses victimes d’agressions sexuelles témoignent de ce qu’elles ont subi. L’acteur Kevin Spacey vient d’en faire les frais : il va disparaître des scènes du prochain film de Ridley Scott dont il était une des vedettes.

Publicité

C’est ce même contexte qui rend aujourd’hui problématique la promotion de certains artistes, mis en cause dans des affaires criminelles. Ainsi Roman Polanski, à qui la Cinémathèque française rend hommage ces jours-ci à travers une rétrospective. Ainsi Bertrand Cantat, dont la présence en Une des Inrocks a choqué, bien qu’ayant purgé sa peine pour le meurtre de Marie Trintignant. Ces affaires relancent un vieux débat : celui du statut à accorder à une œuvre artistique, à sa publicité, lorsque leur auteur s’est mal comporté, parfois au point d’être condamné par la justice. Le cas le plus emblématique étant celui de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline.

’Les œuvres sont-elles responsables des actes de leurs auteurs ?

Articles

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Tricot
Production déléguée
Véronique Vila
Réalisation