Publicité
En savoir plus

Suivez-nous sur :

[

Publicité
twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du br /
Grain à moudre sur br /
Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur br /
Facebook")

Pascal Binczak, Stéphanie Mignot-Gérard, Olivier Sire
Pascal Binczak, Stéphanie Mignot-Gérard, Olivier Sire
© Radio France

L’Université de Limoges avait été une des toutes premières, en janvier 2009, à faire le choix de l’autonomie. Sera-t-elle une des toutes premières à en faire les frais ? Pour la deuxième année consécutive en tout cas, son budget est en déficit : de trois millions d’euros. Conséquence : vendredi prochain, c’est le recteur d’académie du Limousin qui entérinera le budget pour l’exercice 2012.

Une sorte de mise sous tutelle, à laquelle l’université de Limoges n’est pas la seule à être soumise. Quatre autres établissements d’enseignement supérieur ont également été placés sous la surveillance des rectorats, pour avoir présenté deux exercices déficitaires de suite.

Est-ce à dire que les présidents des universités concernées sont de mauvais gestionnaires ? Qu’ils se sont montrés incapables de tirer profit de la loi LRU du 10 août 2007 ? La réalité, est évidemment plus complexe. Ce que déplorent les présidents d’université (et pas seulement ceux pointés du doigt pour leurs mauvais résultats financiers), ce sont des moyens trop faibles pour assurer la charge de l’autonomie : à savoir la masse salariale, les ressources humaines, voire dans certain cas le patrimoine.

Alors certes, dans son troisième rapport publié en février dernier, le comité de suivi de la loi LRU tirait un bilan globalement positif : « dans l’ensemble, et nonobstant certaines oppositions à la loi LRU qui sont devenues minoritaires et surtout de principe, les universités se sont aujourd’hui emparées de cette nouvelle autonomie ». Elles s’en sont emparées, mais en ont-elles vraiment les moyens ?

Dominique Roux
Dominique Roux
© Radio France

Ecoutez le contrepoint de Julie Gacon. Dominique Roux, membre fondateur du Cercle des économistes, et dirigeant de la chaire "économie numérique" de la Fondation Dauphine, nous éclaire sur le rôle de celle-ci dans la gestion budgétaire de l'Université du même nom.

Contrepoint Dominique Roux

6 min

[

ina.fr
ina.fr
© Radio France

](http://www.ina.fr/) Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration