France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Qu’une personnalité s’engage médiatiquement dans la lutte contre le cancer du sein, voilà qui, en soi, n’a rien d’exceptionnel. En 2009 par exemple, des comédiennes françaises avaient accepté de poser, seins nus, pour le magazine Marie-Claire, le temps d’une campagne annuelle de dépistage. Mais l’initiative prise il y a tout juste une semaine par Angelina Jolie sort de l’ordinaire.

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, Angelina Jolie est une actrice américaine, encore trentenaire, mère de 6 enfants. Le 14 mai dernier, elle publie une tribune dans le New York Times dans laquelle elle révèle avoir subi une double mastectomie : l’ablation des deux seins. Non pas une opération dictée par la maladie, mais au contraire, une démarche faite de manière préventive, pour empêcher, autant que faire se peut, son apparition : la star présente en effet une prédisposition génétique aux cancers du sein et de l’ovaire (sa mère en est morte à l’âge de 56 ans).

Publicité
Dominique Stoppa-Lyonnet et Isabelle Queval
Dominique Stoppa-Lyonnet et Isabelle Queval
© Radio France - JCF

Pourquoi rendre publique une telle intervention ? Angelina Jolie s’explique : la médiatisation de son cas peut servir d’exemple à d’autres femmes, les encourager à sauter le pas. Elle veut aussi que ses enfants profitent d’elle le plus longtemps possible, elle veut pouvoir leur dire qu’ils n’ont pas à s’inquiéter : leur mère ne mourra pas d’un cancer du sein.

Dans un pays comme la France où ce genre d’opération chirurgicale **avant ** l’apparition de la maladie reste extrêmement rare, une telle initiative provoque un mélange d’étonnement et de malaise. Se priver d’organes sains pour se prémunir du mal, et donc pour prolonger son existence le plus longtemps possible ? voilà de quoi remettre en cause l’éthique médicale et poser la question de notre volonté d’immortalité.

« Mastectomie préventive : y a-t-il des limites au contrôle ? » : c’est notre sujet du jour.

**Et le contrepoint de Julie Gacon : ** Gabriel Bortzmeyer, critique de cinéma et doctorant à l'Ecole normale supérieure

Gabriel Bortzmeyer
Gabriel Bortzmeyer
© Radio France

Quand elle joue Lara Croft, Angelina Jolie est cette héroïne toute en muscles; quand elle incarne une tueuse à gages dans Mr & Mrs Smith , elle affiche un corps plus souple et qui se sert presque instinctivement de la technologie comme d'une alliée. Car il y a bien deux catégories de héros dans le cinéma américain contemporain, avec des degrés différents de maîtrise de leur vie, de leur mort et de leur corps...

Gabriel Bortzmeyer

2 min

Suivez-nous aussi sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur Facebook")

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration