France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Après la chute du Mur de Berlin et le grand hara-kiri du communisme en URSS, le monde était censé s'engager dans une période de paix et de prospérité jamais égalée grâce à la contagion démocratique et aux progrès du commerce. Deux ans plus tard, survenaient les attentats du 11 Septembre et la planète basculait dans une ère de guerres et de violences d'une rare intensité. Il y a un an, les instituts d'études économiques du monde entier nous promettaient une croissance mondiale historiquement forte, tirée par la consommation des ménages américains et les capitaux accumulés dans les pays émergents. On sait ce qu'il en advint. « La prévision est difficile. Surtout lorsqu'elle concerne l'avenir », disait le regretté Pierre Dac. C'est cette idée que développe magnifiquement Nassim Nicholas Taleb dans un essai de parution récente, « Le cygne noir ». « Prenez une dinde que l'on nourrit tous les jours, écrit Taleb. « Chaque apport de nourriture va la renforcer dans sa croyance que la règle générale de la vie est d'être nourrie quotidiennement par de sympathiques membres de la race humaine, 'soucieux de ses intérêts', comme le disent les hommes politiques. Le mercredi après-midi précédant Noël, quelque chose d'inattendu va arriver à la dinde, qui va l'amener à réviser ses croyances. [...] Que peut apprendre une dinde sur ce qui lui réserve le lendemain, en se basant sur les évènements de la veille ? Beaucoup de choses, peut-être, mais sans doute un peu moins qu'elle ne le croit. C'est simplement ce 'un peu moins' qui fait toute la différence. » Selon Taleb, dans le monde où nous sommes entrés, ce sont les évènements rares et extrêmes qui, dorénavant, seront vraiment significatifs. Car ce sont ceux qui provoquent des modifications décisives de trajectoires. L'histoire - aujourd'hui plus encore qu'hier - progresse par ruptures et par sauts dans l'inconnu. Il est donc de plus en plus difficile de prévoir de quoi demain sera fait en ce contentant d'extrapoler à partir de ce que nous savons - ou croyons savoir. D'autant que nous avons la fâcheuse tendance à ne sélectionner, parmi les multiplicité des faits, ceux qui nous correspondent à nos croyances et à nos attentes. En économie, en démographie, du côté de l'évolution du climat comme dans celle des relations internationales, il est devenu aussi difficile d'ajouter foi aux pronostics que dans le domaine des courses hippiques. A fortiori lorsqu'il s'agit de l'économie mondiale...

Références

L'équipe

Brice Couturier
Brice Couturier
Brice Couturier
Production