Expertise : examen de quelque chose en vue de son estimation, de son évaluation (Larousse) ©AFP - The Kobal Collection / Kobal / The Picture Desk
Expertise : examen de quelque chose en vue de son estimation, de son évaluation (Larousse) ©AFP - The Kobal Collection / Kobal / The Picture Desk
Expertise : examen de quelque chose en vue de son estimation, de son évaluation (Larousse) ©AFP - The Kobal Collection / Kobal / The Picture Desk
Publicité
Résumé

Alors que l'Europe s'apprête à adopter une réglementation sur les perturbateurs endocriniens, un groupement de scientifiques alertent sur les lobbys industriels jouant les "marchands de doute".

avec :

Stéphane Foucart (journaliste au Monde, chargé des sciences de l'environnement), Barbara Demeneix (Biologiste et professeure au Muséum national d'Histoire naturelle, spécialiste des perturbateurs endocriniens), Mathias Girel (Maître de conférences au département de philosophie à l'ENS-PSL, Directeur du Centre Cavaillès, USR République des Savoirs (CNRS-ENS-Collège de France) et Directeur de l’UMS 3610 Centre d’archives en Philosophie, Histoire et Edition des Sciences.).

En savoir plus

‘’Depuis des décennies, la science est la cible d’attaques dès lors que ses découvertes touchent de puissants intérêts commerciaux. Des individus dans le déni de la science ou financés par des intérêts industriels déforment délibérément des preuves scientifiques afin de créer une fausse impression de controverse. Cette manufacture du doute a retardé des actions préventives et eu de graves conséquences pour la santé des populations et l’environnement’’.

Ainsi commence la tribune publiée la semaine dernière dans le Monde, signée par une centaine de scientifiques internationaux, et consacrée à la question des perturbateurs endocriniens. L’Europe s’apprête à adopter une réglementation sur ces substances, considérées comme dangereuses pour la santé et le système hormonal. Mais une réglementation a minima, selon les signataires de la tribune. Ils considèrent qu’elle rendra très difficile l’apport de la preuve de leur nocivité ; que les lobbys industriels ont réussi à instiller suffisamment de doute pour être relativement épargnés.

Publicité

Comment lever ce doute, alors que les connaissances scientifiques semblent suffisantes aujourd’hui pour mener une action forte contre ces perturbateurs endocriniens ? Un moyen efficace, écrivent encore les scientifiques, serait de créer un équivalent du GIEC sur cette question : un organisme chargé d’évaluer les connaissances en la matière, en toute indépendance, comme cela est fait dans le domaine du climat. Cette réflexion repose la question de la production d’une expertise qui ne soit pas soumise en permanence aux ‘’marchands de doute’’.

‘’Peut-on produire une expertise scientifique au-dessus de tout soupçon ?’’

Liens

  • Conférence vendredi 9 décembre : "Quels rôles pour les chercheurs en sciences sociales dans l’émergence des problèmes publics ?" (ENS)
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration