Au nom de l’égalité hommes/femmes, l’ouverture à la PMA pour toutes les femmes doit-elle mener à l’autorisation à la GPA pour tous ?
Au nom de l’égalité hommes/femmes, l’ouverture à la PMA pour toutes les femmes doit-elle mener à l’autorisation à la GPA pour tous ? ©Maxppp - Marlene Awaad/IP3
Au nom de l’égalité hommes/femmes, l’ouverture à la PMA pour toutes les femmes doit-elle mener à l’autorisation à la GPA pour tous ? ©Maxppp - Marlene Awaad/IP3
Au nom de l’égalité hommes/femmes, l’ouverture à la PMA pour toutes les femmes doit-elle mener à l’autorisation à la GPA pour tous ? ©Maxppp - Marlene Awaad/IP3
Publicité

La secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a annoncé l’ouverture possible de la PMA à toutes les femmes en 2018. Si la PMA interroge la structure familiale, la GPA soulève la question de la marchandisation des corps : la GPA pour tous est-elle la suite logique de la PMA pour toutes ?

Avec
  • Dominique Quinio directrice de La Croix
  • Laurence Brunet Juriste, spécialiste en droit de la famille et de bioéthique, chercheuse à l'Université Paris I Panthéon Sorbonne

Fin 2018 au plus tôt, probablement pas avant 2019 : la PMA pour toutes devra attendre encore un peu, et notamment les conclusions des états généraux de la bioéthique prévus l’an prochain. Mais depuis quelques semaines, l’horizon s’éclaircit pour les partisans d’une extension de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes.

En juin dernier, le Comité consultatif national d’éthique rendait un avis favorable. Avis conforté la semaine dernière par la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, malgré l’expression de quelques réserves au sein du gouvernement : une mesure de "justice sociale" selon Marlène Schiappa.

Publicité

De leur côté, les opposants à la PMA pour toutes font valoir que cette mesure aura pour effet d’institutionnaliser l’absence du père (dans la mesure où le don de sperme reste anonyme). Ils mettent par ailleurs en avant un possible effet domino : si toutes les femmes, quel que soit leur mode de vie, ont la possibilité d’avoir un entant, alors il faudra étendre ce droit à tous les hommes… ce qui ouvrirait la voie à une légalisation de la GPA, la gestation pour autrui.

‘’PMA pour toutes, GPA pour tous ?’’

Articles

Liens

Podcast

Du Grain à moudre
40 min
Du Grain à moudre
40 min

L'équipe