Le 8 décembre 2018, à Paris, lors de la mobilisation des "gilets jaunes" ©AFP - YANN CASTANIER / HANS LUCAS
Le 8 décembre 2018, à Paris, lors de la mobilisation des "gilets jaunes" ©AFP - YANN CASTANIER / HANS LUCAS
Le 8 décembre 2018, à Paris, lors de la mobilisation des "gilets jaunes" ©AFP - YANN CASTANIER / HANS LUCAS
Publicité
Résumé

L’arrestation récente du reporter Taha Bouhafs, fermement contestée par une partie des sociétés de médias, a suscité la polémique sur les réseaux sociaux, certains le qualifiant de simple militant. Si les outils du journalisme se démocratisent, comment faut-il définir la profession ?

avec :

Faïza Zerouala (Journaliste à Mediapart), Pablo Aiquel (journaliste pigiste, membre de l’association Profession : Pigiste et coorganisateur des 48h de la pige, membre du bureau national du SNJ-CGT, en charge des questions liées aux journalistes pigistes et précaires), Alexis Lévrier (Chercheur spécialiste de l’histoire du journalisme), Ariane Chemin (écrivain, grand reporter au Monde).

En savoir plus

Mais comment faisaient les journalistes pour s’engueuler entre eux avant l’invention de Twitter ? Le réseau social est devenu le réceptacle des débats internes à la profession. Comme par exemple le week-end dernier avec le « cas » Taha Bouhafs. Taha Bouhafs est reporter pour le site Là-bas si j’y suis. Le 11 juin dernier, il est interpellé alors qu’il couvre une manifestation de soutien à des travailleurs sans-papiers dans le Val de Marne. Garde à vue, téléphone confisqué.

Une vingtaine de sociétés de journalistes de médias, dont celle de France Culture, publient une tribune pour dénoncer cette interpellation. Tribune « en soutien au journaliste Taha Bouhafs ». Et c’est la mention « journaliste » qui provoque le débat sur Twitter. Pour certains, ce titre est usurpé, Bouhafs ne serait qu’un militant, par ailleurs coupable d’avoir propagé une rumeur en avril 2018 lors de l’évacuation de la fac de Tolbiac à Paris par les forces de l’ordre.

Publicité

Ses partisans rappellent au contraire que ce sont ses images qui sont à l’origine de l’affaire Benalla ; que par ailleurs le fait d’avoir une carte de presse n’est pas une condition sine qua none pour se dire journaliste. Ce débat est intéressant dans la mesure où il interroge le périmètre et la nature d’une profession fragilisée comme jamais.

« Qu’est-ce qu’un ‘vrai’ journaliste ? »

Articles :

"Taha Bouhafs est-il journaliste?", Libération, le 20/06/2019

"Le journaliste indépendant Gaspard Glanz interdit de venir à Paris chaque samedi avant son procès en octobre", Le Monde, le 22/04/2019

"Gaspard Glanz et Alexis Kraland arrêtés : RSF et le SNJ dénoncent des atteintes à la liberté d’informer", L'Obs, le 21/04/2019

"Un conseil de déontologie journalistique « sur les rails »", La Croix, le 17/05/2019

40 min

Analyses :

"Le journaliste et le mythe de la carte de presse", L'Express, le 24/04/2019

"Julian Assange, tout sauf un vrai journaliste", Courrier International, le 19/04/2019

"Conseil de déontologie de la presse : pourquoi il s’agit d’une fausse bonne idée", Jean-Marie Charon pour Atlantico, le 11/10/2018

18 min
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration