Publicité
En savoir plus

Il ne suffira pas de battre l’Etat islamique sur le terrain militaire pour régler le problème du terrorisme islamiste. Il faut aussi proposer aux populations locales des projets de société attractifs, qui ne soient pas source de frustrations. Ces projets existent-ils aujourd’hui ?

Le drapeau de Daech élevé à côté de la ville de Kobané (Syrie)
Le drapeau de Daech élevé à côté de la ville de Kobané (Syrie)
© Reuters - Umit Bektas

A défaut d’être crédibles, les buts de guerre de la France et de ses alliés sont clairs dans leur formulation : écraser Daech, éradiquer le terrorisme.

Publicité

Chacun sait que ces objectifs (quel que soit leur pertinence) ne pourront pas être atteints en s’appuyant seulement sur l’appareil militaire.

Pour que la vie sans Daech paraisse préférable à ceux qui, en Irak ou en Syrie, ont pu être séduits par son projet politique, il est nécessaire de proposer une offre plus attractive : un modèle inclusif capable de répondre aux frustrations des uns (aujourd’hui : une partie des sunnites) sans en exclure les autres.

Problème : ce modèle semble introuvable aujourd’hui au Moyen-Orient.

Les révolutions arabes devaient l’incarner.

Leur échec (Tunisie mise à part) semble avoir accéléré au contraire la décomposition des Etats et des sociétés.

Dès lors, sur quelles bases envisager leur reconstruction ?

« Quelle alternative à Daech au Moyen-Orient ? »

Stéphane Lacroix et Hamit Bozarslan
Stéphane Lacroix et Hamit Bozarslan
© Radio France - JCF

Suivez-nous aussi sur:

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter")

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration