France Culture
France Culture
Publicité

Demain, 18 chaînes de télé, plus de programmes pour moins de choix ? Les députés ont adopté mercredi soir dernier le projet de loi sur la télévision du futur qui prévoit l'arrêt progressif de la diffusion analogique au profit du numérique d'ici à 2011 et prépare le passage à la haute définition (HD) et à la télévision mobile personnelle (TMP), celle que vous recevrez sur vos portables. Il s'agit d'écrire selon le ministre M. Donnedieu de vabre « un nouveau chapitre de l'histoire de la télévision, pour faire de la France l'un des pays les plus avancés dans le domaine numérique. » Mais ce vote en urgence moins d'un mois avant la fin de la session parlementaire soulève quelques protestations et en tout cas des inquiétudes. 18 chaînes seront désormais disponibles sur la TNT dont les chaînes historiques ( TF1, France 2, France 3, M6 Canal +, Arte, France 5), et aussi une bonne partie de nouvelles, dépendantes ou non des premières. Or, cette multiplication même des canaux de diffusion pose à nouveau avec acuité la question des contenus. Il est légitime de se demander si la multiplication des chaînes enrichira vraiment l'offre, ou si ces investissements se feront au détriment de la création, déjà malmenée. A titre d'exemple, un curieux amendement classe les clips musicaux dans les obligations de diffusion - ce fameux quota d'oeuvres audiovisuelles et cinématographiques qui doivent être diffusées par les chaînes. Un faisceau de mesures permettent à certains observateurs de souligner que ce texte offre à la télévision du futur de bien curieuses fondations, trop mercantiles à leur goût, où manquent les assurances minimales de pluralisme, la reconnaissance de la spécificité des chaînes de service public et une place, rien qu'une, pour les télévisions associatives. Alors, esprit public, es-tu là ?

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration