Militants démocrates au rassemblement organisé par Hillary Clinton à Manhattan, 8 novembre 2016 ©Reuters - Lucy Nicholson
Militants démocrates au rassemblement organisé par Hillary Clinton à Manhattan, 8 novembre 2016 ©Reuters - Lucy Nicholson
Militants démocrates au rassemblement organisé par Hillary Clinton à Manhattan, 8 novembre 2016 ©Reuters - Lucy Nicholson
Publicité
Résumé

Clinton bien sûr mais aussi Obama, les démocrates, Hollywood, les médias, le libre-échange, le multilatéralisme...ils sont nombreux les battus de la présidentielle américaine

avec :

Philip Golub (Professeur de sciences politiques, de philosophie politique et de relations internationales à l'Université américaine de Paris (AUP)), Amy Greene (politologue, chargée de mission à Sciences Po Paris), Anne Deysine (professeure émérite de droit et de civilisation américaine à l’Université Paris-Nanterre).

En savoir plus

Dans ‘’Le complot contre l’Amérique’’, Philip Roth imaginait ce que seraient devenus les Etats-Unis si Charles Lindbergh, partisan d’un rapprochement avec le régime hitlérien, en était devenu le président au début de la seconde guerre mondiale. Un exercice d’uchronie vertigineux : quel monde pouvait naitre d’un tel choc ? Et bien c’est à peu de choses près le genre de questions qui se pose désormais, avec la victoire de Donald Trump. Bien sûr, il y aura tous ceux qui diront l’avoir vu venir de loin.

Mais Trump, président des Etats-Unis, soyons honnête : hier soir encore, on n’aurait pas misé le moindre dollar sur sa victoire. La surprise est d’autant plus énorme qu’elle ouvre une période de grande incertitude. Cela dit, rien ne se passe jamais comme prévu. Huit ans plus tôt, le monde avait tout misé sur Barak Obama : l’espoir de relations internationales enfin apaisées, après deux mandats de George W Bush : Obama ne pouvait que décevoir.

Publicité

Avec Trump à la Maison Blanche, il y a au moins une raison de se réjouir : il ne peut surprendre qu’agréablement, en étant moins pire que ce qu’il a donné à voir et à entendre pendant cette interminable campagne. Trump a gagné. C’est donc que Clinton a perdu. Elle ne sera pas la première femme à présider les Etats-Unis. Mais elle n’est pas seule à porter la défaite.

‘’Qui sort perdant de la présidentielle américaine ?’’

Liens

  • Le monde peut-il se passer du président des Etats-Unis ? (France Culture)  
  • Les Républicains jouent-ils à nous faire peur ? (France Culture)  
  • L'Amérique blanche est-elle toujours aussi dominatrice ? (France Culture)
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration