Clichy-sous-Bois, lors d'une manifestation du collectif A.C. LE FEU pour les "oubliés de la République" en 2007
Clichy-sous-Bois, lors d'une manifestation du collectif A.C. LE FEU pour les "oubliés de la République" en 2007
Clichy-sous-Bois, lors d'une manifestation du collectif A.C. LE FEU pour les "oubliés de la République" en 2007 ©AFP - FRANCOIS GUILLOT
Clichy-sous-Bois, lors d'une manifestation du collectif A.C. LE FEU pour les "oubliés de la République" en 2007 ©AFP - FRANCOIS GUILLOT
Clichy-sous-Bois, lors d'une manifestation du collectif A.C. LE FEU pour les "oubliés de la République" en 2007 ©AFP - FRANCOIS GUILLOT
Publicité
Résumé

Depuis trente ans, l'abstention augmente tendanciellement. Jusqu'ici les élections présidentielles dérogeaient à cette règle. Or aujourd'hui, selon une enquête du CEVIPOF, 32% des électeurs pourraient bouder les urnes...

avec :

Djamel Blanchard (Coprésident de Pas Sans Nous,syndicat des quartiers populaires.), Brice Teinturier (Politologue et directeur général délégué d’Ipsos France), Martial Foucault (Professeur de sciences politiques et directeur du Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po), Céline Braconnier (Directrice de SciencesPo Saint-Germain-en-Laye, professeure de Sciences Politiques, agrégée d'histoire, spécialiste de la participation électorale.).

En savoir plus

Une fois n’est pas coutume : quelques jours après avoir consacré une de nos émissions au phénomène de l’abstention, voilà que nous récidivons. Les plus fidèles de nos auditeurs n’auront aucun mal à comprendre les raisons de cette nouvelle programmation. Il y eut tellement de passions lors de la première discussion entre Antoine Peillon d’une part, et trois des membres de notre Club du vendredi d’autre part, que la question que nous avions posée : "peut-on politiser l’abstention ?" est restée en suspens.

Episode d’autant plus frustrant que l’abstention semble avoir changé de dimension en cette année électorale. A la fois quantitativement et qualitativement. Quantitativement : une récente étude du Cevipof l’évalue à 32 % au premier tour de la prochaine présidentielle, contre 20.5 % en 2012. Qualitativement : l’abstentionniste ne se résume plus à la figure du pêcheur à la ligne, négligeant d’assumer ses devoirs de citoyen. Il serait aussi désormais un acteur engagé politiquement, trouvant dans le fait de ne pas aller voter une façon d’exprimer ses propres idées.

Publicité

‘’Qui vote pour l’abstention ?’’

Liens

Réécoutez notre émission du 3 mars 2017 : "Peut-on politiser l'abstention ?" Avec Sylvain Bourmeau, Anastasia Colosimo, Philippe Manière et Antoine Peillon.

  • Pas sans nous, "syndicat des quartiers populaires"
  • Vidéo du Cidem, campagne d'incitation au vote (INA - 2001)
  • Publication de l'INSEE : "Des échéances électorales légèrement moins mobilisatrices qu'en 2012" (2017)
  • « S'abstenir ? "Aujourd'hui, on nous oblige à sauver la République"» débat avec Antoine Buéno, Nicolas Framont et Rama Yade (Arrêt sur images - 2017)
  • Tribune de Martial Foucault et Gilles Finchelstein "Pourquoi l’abstention peut-elle faire basculer la présidentielle ?" (Fondation Jean Jaurès - 2017)
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration