La «refondation de l’école», mot d’ordre de V. Peillon, à l'E.N. de 2012 à 2014
La «refondation de l’école», mot d’ordre de V. Peillon, à l'E.N. de 2012 à 2014 ©Reuters - Charles Platiau
La «refondation de l’école», mot d’ordre de V. Peillon, à l'E.N. de 2012 à 2014 ©Reuters - Charles Platiau
La «refondation de l’école», mot d’ordre de V. Peillon, à l'E.N. de 2012 à 2014 ©Reuters - Charles Platiau
Publicité

Lundi 2 et mardi 3 mai se tenaient à Paris les journées de la Refondation de l’Ecole à Paris. Un rassemblement aux allures de bilan pour une réforme qui soulève autant d’espoirs que de contestation.

Avec
  • Philippe Watrelot professeur de sciences économiques et sociales au lycée Jean-Baptiste Corot à Savigny-sur-Orge (Essonne), formateur à l’ESPE, École supérieure du professorat et de l'éducation, de Paris
  • Renaud Fabre Directeur de l'information scientifique et technique du CNRS, conseiller à la Cour des Comptes pendant 10 ans, spécialiste éducation et formation
  • Florence Robine DGESCO (Directrice Générale de l'Enseignement Scolaire) au Ministère de l'Education nationale

Il est rare qu’une politique éducative échappe à la métaphore scolaire quand vient l’heure de son bilan. « Peut mieux faire », « n’atteint pas la moyenne », « ensemble insuffisant ». Les sceptiques ne se sont pas privés de jouer avec le vocabulaire du carnet de note depuis hier alors que se tenaient à Paris les Journées de la Refondation de l’Ecole. 2000 participants pour deux jours de débat aux allures de point d’étape. Et c’est peu dire que cette loi promulguée il y a trois ans à l’Assemblée Nationale, aura nourri le débat en France, et ce bien au-delà du périmètre de la salle de classe.

Le mot d’ordre, axé sur la réduction des inégalités et la réussite de tous avait pourtant de quoi faire consensus. Mais les points d’accrochage n’ont pas manqué, que ce soit autour des rythmes scolaires, de l’enseignement du latin ou des classes bilangues. Au-delà du contenu de telle ou telle mesure c’est encore une fois la méthode de réforme qui est reprochée au gouvernement. Pas assez de concertation pour les uns, des moyens qui ne suivent pas les annonces pour les autres. Manuel Valls annonçait hier en grande pompe une revalorisation de la prime des enseignants du primaire. Faut-il y voir une manière de mettre un peut d’huile dans les rouages, voire de compenser les déceptions ?

Publicité

« Refondation de l’école : que reste-t-il d’une ambition ? »

Liens

  • Article du ministère sur les Journées de la refondation de l'École de la République ( Education.gouv)
  • Blog de Philippe Watrelot : Bilan de la Refondation
  • Éducation nationale : licencier les idéologues, une réforme à mener de toute urgence ( Le Figaro)
  • Pour une réelle refondation de l’école ( AlterEcoPlus)
Renaud Fabre, Florence Robine et Philippe Watrelot
Renaud Fabre, Florence Robine et Philippe Watrelot
© Radio France - CB

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration