Villes saintes : une malédiction politique ?

Une vue sur le Dôme du Rocher, à Jérusalem
Une vue sur le Dôme du Rocher, à Jérusalem  ©AFP - Mahmoud Ibrahim / ANADOLU AGENCY
Une vue sur le Dôme du Rocher, à Jérusalem ©AFP - Mahmoud Ibrahim / ANADOLU AGENCY
Une vue sur le Dôme du Rocher, à Jérusalem ©AFP - Mahmoud Ibrahim / ANADOLU AGENCY
Publicité

La décision de Donald Trump de faire déménager l'ambassade américaine à Jérusalem suscite nombre de tensions. La gestion des lieux saints est un enjeu politique. Comment faire vivre le pluralisme religieux ? Faut-il créer un statut particulier pour les villes saintes ?

Avec
  • François Mabille Chercheur en Sciences politiques au Groupe Religions, Sociétés, Laïcités au CNRS et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes
  • Jean-François Colosimo historien des religions et éditeur,
  • Manoël Pénicaud Anthropologue, chargé de recherche au CNRS et spécialiste des relations interreligieuses.

Une condamnation de principe, mais aucune mesure concrète annoncée : la réunion de la Ligue arabe le week-end dernier au Caire est restée sans surprise Elle avait pourtant été convoquée en urgence, trois jours après la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Certains y verront de la prudence, d’autres une façon de se désolidariser des Palestiniens.

Ce n’est en tout cas pas l’option choisie par le président turc. Recep Tayip Erdogan réunit demain à Istanbul un sommet extraordinaire de l’OCI, l’Organisation de coopération islamique. Il promet un ‘’tournant’’ dans la réaction des pays musulmans face à la décision des Etats-Unis.

Publicité

En prenant cette décision, Donald Trump a pris un risque énorme : celui de rompre un fragile équilibre, qui permet aux religions monothéistes que sont le christianisme, le judaïsme et l’islam d’exercer leur magistère dans cette ville triplement sainte.

Jérusalem est unique, mais elle n’est pas la seule où se pose la question de la souveraineté sur les lieux saints. Que ce soit entre des religions concurrentes, mais aussi parfois au sein d’une même confession. Ainsi la Mecque, en Arabie Saoudite, lieu de pèlerinage pour les musulmans, mais aussi lieu de confrontation politique entre puissances régionales. 

’Villes saintes : une malédiction politique ?’’

A voir :

L'exposition "Lieux saints partagés. Coexistences en Europe et en Méditerranée"

Jusqu'au 21 janvier 2018 au Musée de l'histoire de l'immigration, à Paris. 

L'équipe