Donald Trump, a accueilli son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avec la volonté affichée de ne pas aborder le sujet des droits de l’Homme.
Donald Trump, a accueilli son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avec la volonté affichée de ne pas aborder le sujet des droits de l’Homme.
Donald Trump, a accueilli son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avec la volonté affichée de ne pas aborder le sujet des droits de l’Homme. ©AFP - NICHOLAS KAMM
Donald Trump, a accueilli son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avec la volonté affichée de ne pas aborder le sujet des droits de l’Homme. ©AFP - NICHOLAS KAMM
Donald Trump, a accueilli son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avec la volonté affichée de ne pas aborder le sujet des droits de l’Homme. ©AFP - NICHOLAS KAMM
Publicité
Résumé

La lutte contre le terrorisme a-t-elle occulté la question des droits de l'Homme ?

avec :

Bertrand Badie (Politiste, spécialiste des relations internationales, professeur émérite des universités à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)), Rony Brauman (Président de Médecins sans frontières de 1982 à 1994, membre du Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (CRASH) de MSF), Caroline Galactéros (Géopolitologue, présidente du think tank GEOPRAGMA - Pôle français de géopolitique réaliste).

En savoir plus

Les rapports encourageants remis par Amnesty International ne sont pas si courants pour ne pas les signaler. Celui publié ce mardi en fait partie.
Il est consacré à l’application de la peine de mort dans le monde, et témoigne d’une nette tendance à la baisse en 2016, par rapport à l’année précédente : 37 % d’exécutions capitales en moins…sachant que faute de statistiques officielles, la Chine n’est pas prise en compte.

A qui attribuer le mérite de ce recul important de la peine de mort ? Aux ONG ? Aux pressions diplomatiques ? Aux sociétés des pays concernés ? Peut-être à la conjonction de l’ensemble de ces forces, unies vers un même objectif. L’abolition de la peine capitale figure par exemple parmi les priorités de la politique étrangère française.

Publicité

Pour autant, la convocation des droits de l’Homme dans les relations internationales semble moins opérante aujourd’hui qu’hier. Avec la menace terroriste, ce qui –pour certains– relève avant tout des bons sentiments a laissé la place à une approche plus pragmatique. La sécurité d’abord, l’humanitaire ensuite. Il suffit d’écouter les candidats à la présidentielle pour s’en convaincre.

"Y a-t-il encore une diplomatie des droits de l’Homme ?"

Liens

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration