Avec 39 membres, le groupe ENL est le plus petit du Parlement de l'UE ©Reuters - Yves Herman
Avec 39 membres, le groupe ENL est le plus petit du Parlement de l'UE ©Reuters - Yves Herman
Avec 39 membres, le groupe ENL est le plus petit du Parlement de l'UE ©Reuters - Yves Herman
Publicité
Résumé

Un candidat d'extrême droite en tête du 1er tour de la présidentielle en Autriche : nouveau succès électoral pour les droites radicales européennes, qui peinent néanmoins à parler d'une seule et même voix.

avec :

Dominique Reynié (Politologue. Professeur des Universités à Sciences Po.), Anaïs Voy-Gillis (Docteure en géographie à l'Institut Français de Géopolitique), Jean-Yves Camus (politologue, co-directeur de l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès).

En savoir plus

C’est à un attelage surprenant que les électeurs autrichiens risquent de confier le pouvoir exécutif d’ici quelques jours. Le 22 mai aura lieu le second tour de l’élection présidentielle. Au 1er tour, fin avril, c’est le candidat du FPÖ, formation d’extrême-droite, qui est largement arrivé en tête : 35% des suffrages pour Norbert Hofer, loin devant un candidat soutenu par les écologistes.

Si Hofer l’emporte dans dix jours et devient président de l’Autriche, il devra partager le pouvoir avec un premier ministre social-démocrate. Le précédent chancelier vient de démissionner, mais son successeur sera de la même couleur politique : les socio-démocrates sont majoritaires au parlement. Attelage surprenant donc et pourtant pas inédit. La gauche autrichienne a déjà gouverné dans le passé avec le FPÖ. Les conservateurs aussi d’ailleurs, ce qui avait valu à l’Autriche d’être sanctionnée par l’Union européenne.

Publicité

En France, le Front national est particulièrement attentif à cette actualité. Pour son caractère potentiellement exemplaire, à un an de la présidentielle. Mais aussi parce que la formation autrichienne est son principal partenaire au sein de l’Alliance européenne pour la liberté, le groupe politique que Marine Le Pen est parvenu à former en juin 2015 au Parlement européen. Au-delà des cas français et autrichien, c’est toute une dynamique nationale-populiste qui semble enclenchée depuis quelques années en Europe, du Royaume-Uni à la Grèce en passant les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne…

« Y a-t-il une extrême droite européenne ? »

Dominique Reynié, Jean-Yves Camus
Dominique Reynié, Jean-Yves Camus
© Radio France - JCF

Liens

  • Page facebook de l'Observatoire Européen des Extrêmes (OEE)
  • Europe : la carte des extrêmes droites (France Culture)
  • L’extrême droite en Europe : divergences, résurgences et convergences (Diploweb)
  • Extrêmes droites mutantes en Europe (Le Monde diplomatique)
  • En Autriche, les sociaux-démocrates déboussolés par l’extrême droite (La Croix)
  • Pourquoi Marine Le Pen a dû attendre un an pour constituer un groupe au Parlement européen (Le Monde)

"Il se passe quelque chose en Europe" (lire l'article complet et voir la carte en plein écran)

Cliquez sur les pays pour obtenir des précisions sur les partis d'extrême droite et les élections en question, circulez dans la carte, zoomez et dézoomez avec le bouton +/- :

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration