France Culture
France Culture
Publicité
Evelyne Grossman
Evelyne Grossman

**Alain Veinstein ** reçoit Evelyne Grossman pour son édition des Cahiers d'Ivry (février 1947-mars 1948 ) d'**Antonin Artaud ** (Gallimard)

Les derniers * Cahiers d'Ivry constituent la fin des * Œuvres complètes* d'Antonin Artaud. Ce volume [tome I] couvre la période qui s'étend de février à juin 1947. Inlassablement, il continue d'y mettre en espace ce qu'il nomme son nouveau * Théâtre de la Cruauté*. Que signifie avoir « un esprit qui * littérairement* existe » ? C'est la question qu'il posait à ses débuts à Jacques Rivière, le directeur de * La NRF*. Vingt ans plus tard, après une longue traversée d'enfermements asilaires, la question est réapparue. C'est bien en effet cette fondamentale question de l'inspiration – question qui hanta aussi les surréalistes – qu'il reprend sans relâche : comment commence-t-on à écrire ? Qui écrit, qui pense en moi ? Quel démon s'empare du Verbe humain avant qu'il ait commencé à penser ? Au fil des pages, les lettres se mettent en mouvement, un rythme progressivement émerge, accompagné de coups, de cris : chorégraphie de gestes et de voix, dessins semés sur la feuille. « Je ne suis jamais né », répète-t-il depuis son enfermement dans l'asile de Rodez, et donc je ne peux pas mourir. À entendre comme production infinie d'écriture, système perpétuel, « machine de souffle », prolifération sans fin d'un * corps sans organes*. C'est donc là, au creux des pages, * entre* les pages et les lignes, d'un cahier à l'autre, que s'opère « la matérialisation corporelle et réelle d'un être intégral de poésie » (lettre du 6 octobre 1946 à Henri Parisot).*

Publicité

L'équipe

Alain Veinstein
Production
Didier Pinaud
Collaboration
Anne Perez
Réalisation
François Poirié
Collaboration