Publicité
En savoir plus

Alain Veinstein reçoit Frédéric Richaud , - auteur de Luc Dietrich (Grasset)

**Frédéric Richaud ** enquête sur Luc Dietrich depuis près de vingt ans., il a préfacé et annoté ses deux romans, parus aux éditions Le Temps qu'il fait. Il est par ailleurs romancier.

Publicité
Frédéric Richaud
Frédéric Richaud

« Comme j'entrais, une averse éclaboussa la cour où les arbres perdaient leurs feuilles et chassa tout le monde sous un étroit préau : " Le nouveau ! le nouveau ! " On sautillait, on se bousculait autour de moi, on me tiraillait de questions. Une question qui revenait sans cesse m'embarrassait : " Et toi, qu'est-ce que tu as ? " Je n'avais rien, j'en étais confus. Une cloche sonna et, comme j'étais le dernier à rejoindre les rangs, la cour devint immense. » C'est ainsi que Luc Dietrich évoque son enfance malheureuse dans Le Bonheur des tristes, son grand roman paru en 1935, salué par Max Jacob, Paul Eluard, Jean Giono.

Né en 1913, Dietrich passe sa jeunesse dans des foyers, loin de ses parents rongés par la drogue. Orphelin très tôt, solitaire, il est tour à tour garçon de ferme, coursier, commis et, dans le Paris interlope des années 1930, il fréquente la pègre, mais aussi l'aristocratie et les milieux littéraires. Il se fait entretenir par des femmes, multiplie les conquêtes, cherche l'amour.

Jusqu'au jour où apparaît Lanza del Vasto, le futur fondateur de l'Arche. Cette rencontre le révèle à lui-même : il sera écrivain. S'ensuivent dix années d'une amitié flamboyante durant lesquelles Dietrich voyage, photographie, souffre, et, toujours, revient à l'écriture. Il meurt à trente et un ans sous les bombardements américains, en 1944.

A l'aide d'archives exceptionnelles, Frédéric Richaud dresse le portrait magnifique d'un écrivain injustement méconnu.

Références

L'équipe

Alain Veinstein
Production
Didier Pinaud
Collaboration
Anne Perez
Réalisation
François Poirié
Collaboration