Prospérités du désastre
Prospérités du désastre - Lignes
Prospérités du désastre - Lignes
Prospérités du désastre - Lignes
Publicité

Alain Veinstein reçoit Jean-Paul Curnier pour "Prospérités du désastre" (Lignes).

Avec

J’ai été dirigé par Godard, et il connaissait très bien le personnage apparemment, donc il m’a très bien dirigé, pour que je puisse jouer mon propre rôle - moi je n’aurais pas su le faire.

La destruction du peuple ça se fait aussi par son infantilisation, où il lui est demandé de moins en moins, où il lui est donné de plus en plus en contrepartie. Moi je dis qu’ils sont spoliés de la possibilité d’être adulte. La société n’est pas un biberon.

Publicité

Il y a une montée extrême du pouvoir du pouvoir, c'est-à-dire que le pouvoir a de plus en plus de pouvoir, non pas pour exercer une certaine politique mais pour se perpétuer en tant que tel.

L'équipe

Alain Veinstein
Production
Didier Pinaud
Collaboration
Anne Perez
Réalisation
François Poirié
Collaboration