D'après Jean-Pierre Moulive, Buste de Griffoul-Dorval, sculpté par ses élèves à titre posthume
D'après Jean-Pierre Moulive, Buste de Griffoul-Dorval, sculpté par ses élèves à titre posthume
D'après Jean-Pierre Moulive, Buste de Griffoul-Dorval, sculpté par ses élèves à titre posthume - Source Wikimedia commons
D'après Jean-Pierre Moulive, Buste de Griffoul-Dorval, sculpté par ses élèves à titre posthume - Source Wikimedia commons
D'après Jean-Pierre Moulive, Buste de Griffoul-Dorval, sculpté par ses élèves à titre posthume - Source Wikimedia commons
Publicité
Résumé

Qui est l’auteur de ce buste totalement baroque, une Marianne noire coiffée d’un bonnet phrygien ? Tout mène sur la piste d’un sculpteur toulousain, Bernard Griffoul-Dorval qui, alors que la république est menacée, ose l’incarner ainsi.

En savoir plus

Qui a bien pu façonner et modeler cette Marianne noire au bonnet phrygien, totalement atypique et ignorée des célébrations républicaines ? Dans quelles circonstances historiques avait-elle vu le jour ? Les premières investigations nous plongent dans une France agitée, celle de l’éphémère Seconde République (1948-1852) et dans les méandres de la franc-maçonnerie toulousaine, éprise de valeurs républicaines et abolitionnistes.

Un faisceau d’indices nous mène sur les traces de Bernard Griffoul-Dorval, d’un célèbre sculpteur, directeur de l’École des Beaux-Arts de Toulouse, qui coche toutes les cases puisqu’il est franc-maçon, républicain, abolitionniste et adepte des idées fouriéristes, celle d’un socialisme utopiste. Cerise sur le gâteau, sa patte, son style serait reconnaissable entre mille.

Publicité

Quand Marianne devient une figure politique

Célébrée en grande pompe, l'œuvre de Bernard Griffoul-Dorval va cependant devoir se faire discrète. À peine sèche, on la cache, dans un temple maçonnique et ses ennemis sont nombreux. Mais qui était cette femme ainsi représentée ? Le simple fruit de son imaginaire ? Pas forcément.

Deuxième épisode avec Elérika Leroy, historienne ; Jacqueline Fonvieille-Ferrasse et Monique Biasi, historiennes, co-autrices de La Marianne du musée, aux éditions Loubatières (2020) ; Daniel Chartagnac et Georges Bringuier, professeurs d'Histoire-Géographie, co-auteur de La Marianne du musée, aux éditions Loubatières (2020) ; Stephen Marsden, professeur de sculpture à l’ Institut Supérieur des Arts de Toulouse ; Anne Jourdain, maître de conférences en sociologie, responsable du fond ancien de l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse.

Sur les traces de la Marianne noire, une enquête documentaire en 8 épisodes, signée Alain Lewkowicz, réalisée par Gaël Gillon. Mixage : Manuel Couturier. Conseillère au programme : Camille Renard.

Références

L'équipe

Alain Lewkowicz
Production
Gaël Gillon
Réalisation
Pascaline Bonnet
Collaboration
Camille Renard
Coordination