Radiographie du buste de la Marianne noire, par le Dr. Louis-Marie Desmaizières, au Centre Hospitalier Vétérinaire Equin à Grenade
Radiographie du buste de la Marianne noire, par le Dr. Louis-Marie Desmaizières, au Centre Hospitalier Vétérinaire Equin à Grenade
Radiographie du buste de la Marianne noire, par le Dr. Louis-Marie Desmaizières, au Centre Hospitalier Vétérinaire Equin à Grenade - Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Radiographie du buste de la Marianne noire, par le Dr. Louis-Marie Desmaizières, au Centre Hospitalier Vétérinaire Equin à Grenade - Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Radiographie du buste de la Marianne noire, par le Dr. Louis-Marie Desmaizières, au Centre Hospitalier Vétérinaire Equin à Grenade - Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Publicité
Résumé

Cela n’avait échappé à personne. La Marianne noire possédait en plein milieu de la poitrine un orifice cylindrique ayant possiblement été provoqué par un projectile tiré par une arme à feu. Qui avait pu ainsi abhorrer la République et autant détester celle qui était devenue synonyme de résilience ?

avec :

Philippe Klein (médecin, directeur de clinique AEMC INTERNATIONAL SOS à Wuhan).

En savoir plus

Seule la balistique serait capable d’en dire plus sur les causes exactes de sa mort symbolique. Enfin presque. Car d’autres analyses étaient désormais nécessaires pour assoir définitivement nos certitudes. Car il fallait pouvoir observer ce que l’œil nu ne voyait pas grâce à l’imagerie médicale. La Marianne noire est alors radiographiée sous toutes ses coutures.

Si l’origine de cet orifice reste aujourd’hui encore incertaine, l’étude des 18 clichés réalisés et le travail de restauration entamé allaient provoquer un coup de théâtre auquel personne ne s’attendait, qui allait remettre en cause deux ans de travail et les conclusions d’une enquête longue et fastidieuse. Alors que nous pensions avoir clairement identifié son auteur en la personne de Bernard Griffoul-Dorval qui, pour des raisons politiques de circonstance, avait préféré ne pas signer son œuvre, un nom avait fini par apparaitre sur le socle. Sauf que ce nom n’était pas le sien.

Publicité

Tout ce qu’on avait pu échafauder comme hypothèse allait-il s’écrouler comme un vulgaire château de cartes ? Tout était donc faux, anachronique ou obsolète ?

Sixième épisode avec Elérika Leroy, historienne ; Daniel Chartagnac, professeur d'Histoire-Géographie, co-auteur de La Marianne du musée, aux éditions Loubatières (2020) ; Jean-Louis Boscot, ingénieur principal au laboratoire scientifique de police de Toulouse ; Philippe Klein, médecin radiologue.

Sur les traces de la Marianne noire, une enquête documentaire en 8 épisodes, signée Alain Lewkowicz, réalisée par Gaël Gillon. Mixage : Manuel Couturier. Conseillère au programme : Camille Renard.

Références

L'équipe

Alain Lewkowicz
Production
Gaël Gillon
Réalisation
Pascaline Bonnet
Collaboration
Camille Renard
Coordination