Lorsque le buste de la statut est retrouvé en 1977, on découvre un orifice, résultant d’un tir d’arme à feu. Qui a symboliquement assassiné la Marianne noire ?
Lorsque le buste de la statut est retrouvé en 1977, on découvre un orifice, résultant d’un tir d’arme à feu. Qui a symboliquement assassiné la Marianne noire ?
Lorsque le buste de la statut est retrouvé en 1977, on découvre un orifice, résultant d’un tir d’arme à feu. Qui a symboliquement assassiné la Marianne noire ? - Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Lorsque le buste de la statut est retrouvé en 1977, on découvre un orifice, résultant d’un tir d’arme à feu. Qui a symboliquement assassiné la Marianne noire ? - Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Lorsque le buste de la statut est retrouvé en 1977, on découvre un orifice, résultant d’un tir d’arme à feu. Qui a symboliquement assassiné la Marianne noire ? - Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Publicité
Résumé

Marianne porte sur elle des cicatrices et des marques de mutilation comme si l'on s’était acharné sur elle, pour en découdre définitivement. La violence avec laquelle elle a été traitée est à la hauteur de la haine que les valeurs qu’elle incarne ont suscitée.

En savoir plus

1942. Une partie du destin de la France s'est-il joué dans le temple maçonnique de la rue de l'Orient, à l'endroit même où la Marianne noire était cachée et où ses ennemis étaient venus la chercher ? Sauf que dans ce qu’il est convenu d’appeler "la dernière planque de la Marianne", il n’y a plus d’empreintes, plus de traces de lutte ou de violence, aucun débris, aucun éclat et aucun résidu de plâtre, à part quelques suppositions, un peu de certitude et beaucoup d’imagination. La Marianne noire incarne tout ce que déteste le Régime de Vichy, et le Maréchal Pétain.

Désormais installée au Musée de la Résistance et de la Déportation de Toulouse, protégée par des parois de verre, la Marianne noire de Bernard Griffoul-Dorval s’offre aux regards des visiteurs. Mais alors, qui l'a symboliquement assassinée ? Qui a finalement sauvé sa dépouille des mains de ses bourreaux ? Le destin du buste de Bernard Griffoul-Dorval semblait s’arrêter là, perdu dans les errements de la collaboration.

Publicité

La Marianne noire allait peu à peu s’effacer des mémoires avant de refaire surface en 1977 sur les registres du conseil départemental. Comment ? Personne ne le sait vraiment. Fortement dégradée, elle avait, en pleine poitrine, un orifice cylindrique. Aurait-il été provoqué par une arme à feu, tel un tir de face, à bout portant ? La balistique et l’imagerie médicale allaient-elles être en mesure de confirmer cette hypothèse d’un meurtre métaphorique, mais bien physique, d’une République à la fois universelle et inclusive ?

Cinquième épisode avec Elérika Leroy, historienne ; Daniel Chartagnac, professeur d'Histoire-Géographie, co-auteur de La Marianne du musée, aux éditions Loubatières (2020).

Sur les traces de la Marianne noire, une enquête documentaire en 8 épisodes, signée Alain Lewkowicz, réalisée par Gaël Gillon. Mixage : Manuel Couturier. Conseillère au programme : Camille Renard.

Références

L'équipe

Alain Lewkowicz
Production
Gaël Gillon
Réalisation
Pascaline Bonnet
Collaboration
Camille Renard
Coordination