Buste de la Marianne noire exposée au Musée de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Buste de la Marianne noire exposée au Musée de la Résistance et de la Déportation de Toulouse
Buste de la Marianne noire exposée au Musée de la Résistance et de la Déportation de Toulouse - Aurélien Ferreira
Buste de la Marianne noire exposée au Musée de la Résistance et de la Déportation de Toulouse - Aurélien Ferreira
Buste de la Marianne noire exposée au Musée de la Résistance et de la Déportation de Toulouse - Aurélien Ferreira
Publicité
Résumé

Si tous les présidents ont voulu la leur, Marianne n’a toujours été qu’une femme "sis", blanche et hétérosexuelle. La découverte de la Marianne noire de Toulouse nous ouvre le chapitre d’une histoire qui va totalement habiter l’existence de quatre passionnés, auteurs de sa biographie.

En savoir plus

Depuis qu’elle est à la mode à la fin du XIXe siècle, Marianne joue parfaitement son rôle, symbolisant pleinement la mère patrie protectrice de ses enfants. Présente sur nos timbres-poste, dans nos écoles et nos mairies, elle s’est présentée sous bien des visages, de Elisa de Lamartine, à Evelyne Thomas en passant par celle de Eugène Delacroix guidant le peuple, Brigitte Bardot et Zahia. Mais jamais sous les traits d’une femme noire. Un véritable impensé.

L'incarnation d'une puissance mystérieuse

Pourtant, à Toulouse, un sculpteur avait osé incarner la République sous les traits d’une femme africaine coiffée du bonnet phrygien, symbole des esclaves affranchis. C’était en 1848, tandis que la Seconde République est menacée et que Marianne devient séditieuse. La plupart de ses représentations seront détruites par les bonapartistes du Second Empire. Mais celle de Toulouse a résisté et survie malgré les errements de l’Histoire. Elle est majestueuse, fière, dure et inquiétante. Imaginez 98 kg de plâtre et de lait de chaux, 120 cm de haut, un véritable monument.

Publicité

Mais de quoi était-elle le symbole ? Qui est cette esclave affranchie ? Son histoire pourrait commencer ainsi : il était, une fois, une Marianne noire dans un musée. Une histoire énigmatique dont nous allons tenter de percer les mystères.

Premier épisode avec Elérika Leroy, historienne ; Daniel Chartagnac, professeur d'Histoire-Géographie, co-auteur de La Marianne du musée, aux éditions Loubatières (2020) ; Jacqueline Fonvieille-Ferrasse, et Monique Biasi, co-autrices de La Marianne du musée, aux éditions Loubatières (2020).

Sur les traces de la Marianne noire, une enquête documentaire en 8 épisodes, signée Alain Lewkowicz, réalisée par Gaël Gillon. Mixage : Manuel Couturier. Conseillère au programme : Camille Renard.

Références

L'équipe

Alain Lewkowicz
Production
Gaël Gillon
Réalisation
Pascaline Bonnet
Collaboration
Camille Renard
Coordination