La culture physique devient un argument et un enjeu économique, commercial et culturel de plus en plus important au sein de nos sociétés.
La culture physique devient un argument et un enjeu économique, commercial et culturel de plus en plus important au sein de nos sociétés.
La culture physique devient un argument et un enjeu économique, commercial et culturel de plus en plus important au sein de nos sociétés. ©Getty - Vladimir Gerdo
La culture physique devient un argument et un enjeu économique, commercial et culturel de plus en plus important au sein de nos sociétés. ©Getty - Vladimir Gerdo
La culture physique devient un argument et un enjeu économique, commercial et culturel de plus en plus important au sein de nos sociétés. ©Getty - Vladimir Gerdo
Publicité
Résumé

Prendre soin de son corps et se mettre au sport constitue souvent une des principales nouvelles résolutions des Français en chaque début d'année. Une occasion pour revenir sur l'ensemble des dynamiques qui entourent le marché du fitness; qui illustre l'essor économique de la détox et du bien être.

En savoir plus

Sept millions de Français fréquentaient les salles de fitness en 2020 : les hommes à la recherche de pectoraux et de biceps dessinés, les femmes à la recherche d’un corps toujours plus jeune et tonifié. En parallèle, depuis que l’alimentation est devenue un sujet de santé publique, les injonctions à un régime alimentaire sain et équilibré se multiplient, et le marketing a récupéré cette tendance en développant la mode du “détox”, une dénomination d’ailleurs purement commerciale et sans fondement scientifique.

Quel sont les poids de ces marchés de la détox et du fitness ?
Les régimes minceur ne sont-ils pas passés de mode en 2022, alors que se développe le body positivisme ? Quelle est la part de normes sociales intériorisées sur l’apparence physique ou bien de choix personnels d’avoir un corps en bonne santé dans la pratique du fitness et dans l’achat de produits “détox” ?

Publicité

Pour comprendre le business qui entoure la culture physique, Tiphaine de Rocquigny s'entretient avec Jeanne-Maud Jarthon, sociologue, maître de conférences à l’Université Gustave Eiffel et Pascale Hébel, économiste, directrice du département “Consommation et entreprise” du Crédoc.

Références sonores 

  • Extrait du film "Le journal de Bridget Jones" réalisé par Sharon Maguire (2001)
  • Lecture de De la nature de l’homme, d’Hippocrate par Tiphaine de Rocquiny 
  • De bouche à oreille, France Culture, 2003
  • La chute du “gourou” Pierre Dukan, France 5, 2014
  • Documentaire  “Place aux gros” épisode 4 “Aimer tous les corps”, France Culture, 21 novembre 2019

Références musicales

Till I collapse - EMINEM (2018)

Beach house - Superstar (2021)

Big girl - MIKA (2009) 

Références

L'équipe

Somaya Dabbech
Réalisation
Thibaut Mommeja
Production déléguée
Aliette Hovine
Collaboration