La Sicile, dont Palerme est le chef-lieu, fait partie du « Mezzogiorno », ce Sud de l’Italie qui concentre de nombreux problèmes sociaux et économiques de la Botte.
La Sicile, dont Palerme est le chef-lieu, fait partie du « Mezzogiorno », ce Sud de l’Italie qui concentre de nombreux problèmes sociaux et économiques de la Botte.
La Sicile, dont Palerme est le chef-lieu, fait partie du « Mezzogiorno », ce Sud de l’Italie qui concentre de nombreux problèmes sociaux et économiques de la Botte. ©Getty - Frédéric Soltan
La Sicile, dont Palerme est le chef-lieu, fait partie du « Mezzogiorno », ce Sud de l’Italie qui concentre de nombreux problèmes sociaux et économiques de la Botte. ©Getty - Frédéric Soltan
La Sicile, dont Palerme est le chef-lieu, fait partie du « Mezzogiorno », ce Sud de l’Italie qui concentre de nombreux problèmes sociaux et économiques de la Botte. ©Getty - Frédéric Soltan
Publicité
Résumé

Le fossé Nord-Sud est la malédiction de l’Italie : au Sud de la Botte, le taux de chômage est plus élevé, la criminalité est plus importante, les grandes entreprises sont plus rares. Pourtant, c’est une région qui ne manque pas d’atouts, géographiques notamment. Comment expliquer ce fossé ?

avec :

Dominique Rivière (Géographe et professeure à l’Université Paris Diderot-Paris 7), Manuela Martini (Historienne de l’économie et professeure à l’Université Lumière-Lyon 2).

En savoir plus

Le Monde titrait le 10 décembre 2020 : “Le rattrapage économique du sud italien n’a pas eu lieu”. Cet article s’en référait à un autre plus ancien du Corriere della Sera, grand journal de la bourgeoisie lombarde, qui annonçait le 13 septembre 1972 : « L’écart entre le Nord et le Sud ne sera comblé qu’en 2020 ». Jérôme Gautheret, correspondant à Rome du Monde note que la “promesse permanente de l’unification politique de l’Italie, le rapprochement des régions méridionale et septentrionale semble enterrée”. C’est à ses yeux le pays tout entier qui s’éloigne des Etats d’Europe du Nord, entraîné par le décrochage du Sud, le "Mezzogiorno".

Le « Mezzogiorno », l’Italie Méridionale, recouvre administrativement cinq provinces continentales — Abruzzes et Molise, Campanie, Pouilles, Lucanie (encore appelée Basilicate), Calabre — et deux îles — Sicile et Sardaigne (40 % de la superficie du pays, 36 % de sa population). Avec 19,6 millions d'habitants, le Midi italien abrite 36,5% de la population du pays. Le niveau de vie du Midi a beaucoup progressé depuis les années 1950 mais le fossé reste encore très large et les difficultés, liées à la crise mondiale de 1973, prennent souvent un tour dramatique pour les grandes implantations industrielles basées sur la pétrochimie et la sidérurgie. 

Publicité

Jusqu'à la fin des années 1960, les grandes entreprises du Nord restent dans le Nord, pour l'essentiel. La "troisième Italie" se développe à l'époque surtout sur les réseaux familiaux, de connaissances. C'est de l'exode rural de proximité, alors qu'aujourd'hui la main d'oeuvre est immigrée pour beaucoup. - Dominique Rivière

Aujourd’hui encore, la « question Nord-Sud » reste un clivage majeur à l’échelle nationale et même européenne. C’est pourquoi un retour dans le passé et dans l’étude des structures productives italiennes, de l’agriculture à l’industrie, ainsi que de certains mouvements politiques, peuvent permettre de comprendre et d’analyser ce clivage persistant aujourd’hui malgré ses transformations et recompositions. 

Les cultures comme celle du chanvre, par exemple, ont permis une complémentarité entre l'agriculture et l'industrie et donc à l'Italie, à la fin du XIXe siècle, d'être très présente sur les marchés internationaux avec des matières premières semi-finies. Cela a permis à l'industrie naissante de décoller à la fin du XIXe siècle, et en particulier des années 1890 au début de la Première Guerre mondiale, notamment dans le triangle industriel Gênes-Turin-Milan. - Manuela Martini

A quand remonte ce retard économique du Sud italien ? Comment les structures productives, agricoles puis industrielles ont-elles permis à ce clivage de persister ? La situation peut-elle encore se dégrader ? Pour en parler, nous avons fait appel à Manuela Martini, historienne de l’économie et professeure à l’Université Lumière-Lyon 2 et Dominique Rivière, géographe, Professeure à l’Université Paris Diderot-Paris 7.

À réécouter : Nord/Sud : fractures à l’italienne

Références sonores

Références musicales

  • Solo Tu - Alex Rossi feat. Calypso Valois
  • (Don't) Hold Me Down - PM Warson
Références

L'équipe

Léa Sabourin
Collaboration
Margaux Boulte
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Aliette Hovine
Production déléguée
Anne Depelchin
Réalisation