Vue aérienne de la ville de Chongqing en aout 2021. Créée de toute pièce par le parti communiste, il s'agit aujourd'hui d'une des plus grandes villes de Chine.
Vue aérienne de la ville de Chongqing en aout 2021. Créée de toute pièce par le parti communiste, il s'agit aujourd'hui d'une des plus grandes villes de Chine. ©Getty - Costfoto/ Barcroft Media
Vue aérienne de la ville de Chongqing en aout 2021. Créée de toute pièce par le parti communiste, il s'agit aujourd'hui d'une des plus grandes villes de Chine. ©Getty - Costfoto/ Barcroft Media
Vue aérienne de la ville de Chongqing en aout 2021. Créée de toute pièce par le parti communiste, il s'agit aujourd'hui d'une des plus grandes villes de Chine. ©Getty - Costfoto/ Barcroft Media
Publicité

Depuis 1997, la municipalité de Chongqing connait un développement économique exceptionnel. Ville des terres, aux antipodes de la stratégie chinoise centrée sur le littoral pacifique, Chongqing et ses 30 millions font figures de pionniers et préfigurent le nouveau visage de la mondialisation.

Avec
  • Françoise Ged Architecte et docteure en histoire et civilisation, elle est responsable de l’Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine.
  • Mary-Françoise Renard Economiste, professeure à l’université Clermont-Auvergne, responsable de l’Institut de recherches sur l’économie de la Chine (IDREC)

Chongqing occupe, historiquement, une place centrale dans l'animation des évolutions politiques et économiques de la Chine. Première ville du pays à s'ouvrir aux échanges internationaux  au XIXème siècle, la "ville montagne" a toutefois été tenu à l'écart des politiques économiques menées par le Parti Communiste à partir des années 1970. 

Alors que la stratégie de développement économique et d'entrée du géant chinois dans la mondialisation était principalement centrée sur les littoraux - dont la part dans le PIB, avec les grandes villes portuaires de Shanghai ou de Guangzhou, augmentent de 62% entre 1978 et 1998 - Chongqing se trouve au cœur d'une région occidentale qui ne représente plus que 14% du PIB national.  

Publicité

Sous Deng Xiaoping, au moment de la mise en place des réformes, l'accent a été mis sur l'ouverture internationale par l'intermédiaire des provinces côtières. Celles-ci se sont alors énormément développées tandis que les provinces du centre et de l'ouest sont restées très pauvres. L'essentiel du PIB résultait de l'activité des provinces de l'Est, jusqu'à ce que le gouvernement décide de faire une politique de développement des provinces de l'Ouest et de Chongqing. Marie Françoise Renard 

Cependant, sa promotion en municipalité autonome en 1997 et la volonté des autorités communistes de favoriser le développement économique de l'ouest chinois en 2000 vont favoriser l'expansion économique et démographique de Chongqing. Que se soit au travers de la construction du barrage des Trois gorges, le développement d'un réseau de transports permettant une meilleure connexion de la métropole au reste de la Chine et du monde ou d'une politique de construction volontariste, l'ancienne capitale impériale se transforme, se développe, s'agrandit et renforce sa position de nouveau centre d'impulsion de la "mondialisation à la chinoise". 

Pendant cette période 2008-2009, qui est celle de la crise financière, Chongqing est la seule municipalité qui a vu son PIB augmenter, avec 17% de croissance en 2010. Cette croissance provient à 87% du secteur étatique, c'est à dire d'investissements publics directement menés par la ville [alors dirigée par Bo Xilai] qui font partie d'un programme dit de "prospérité pour tous". Ceux-ci se concentrent surtout sur le secteur de la construction [qui représente 50% du budget municipal], l'accès au logement pour les plus pauvres et les jeunes diplômés, ainsi que sur l'accès à l'éducation et à la santé. Françoise Ged 

Le modèle de développement de Chongqing, centré sur le secteur manufacturier, automobile et la haute technologie, affiche donc un taux de croissance à deux chiffres à partir de 2002, d'autant que sa part dans le commerce extérieur et les flux d'investissements étrangers chinois a considérablement augmenté depuis et rivalise avec celles de

La "ville des terres" semble donc prendre sa revanche sur les villes côtières et se place comme un nouvel acteur important de la mondialisation, dans un contexte de montée en puissance de la Chine dans les hiérarchies politiques et économiques internationales qui, au travers du déploiement du projet des "nouvelles routes de la soie" place l'ouest du pays et du continent asiatique comme un vaste front pionnier empli d'opportunités économiques.
Ville nouvelle et ville globale, Chongqing reste aussi une mégalopole de 30 millions d'habitants pleinement concernée par des enjeux environnementaux et de planification urbaine; deux éléments structurants pour assurer la pérennité de son modèle économique.  

Les conditions de vie se sont radicalement améliorées depuis les années 1990 avec un programme de [végétalisation] menée par la municipalité. Par ailleurs, on est aussi passé d'un modèle économique basé sur l'industrie lourde et chimique à une industrie de l'automobile et des télécommunications. Françoise Ged

Nous avons le plaisir de recevoir aujourd'hui en studio Françoise Ged, Responsable de l’Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine à  la Cité de l’architecture et du patrimoine, chercheur associé au Centre Chine Corée Japon (EHESS- CNRS), chargée de cours à l’INALCO à Paris et à l’IAE à Nantes ainsi que Mary-Françoise Renard, professeure émérite d’économie à l’Université Clermont-Auvergne, Responsable de l'IDREC en duplex. 

Références sonores 

* Lecture d'un extrait du chapitre le fleuve bleu, Les Grandes murailles de Laurent Bobard (1987) par Tiphaine de Rocquiny

* Madame Sue critique la politique de démolition des campagnes de Bo Xilaï , Grande traversée : L’ombre de Mao, “Chongqing : Bo Xinai n’avait qu’à bien se tenir” de Alain Lewkowicz, France culture, 23 aout 2013 https://www.franceculture.fr/emissions/grande-traversee-lombre-de-mao-doc/chongqing-bo-xilai-navait-qua-bien-se-tenir

* Une description de la ville de Chongqing par Fréderic Edelmann dans Envie de Ville par Sylvie Andreu, France culture, 25 aout 2011 https://www.franceculture.fr/emissions/envie-de-ville/chongqing-avec-frederic-edelmann

Références musicales 

Ouverture Symphonie “Hero” en Si mineur -  Guo Wenjing (2006)https://www.youtube.com/watch?v=nCr9esOWaT0

Face a face - Xiao Zhan  X- Nine (2018)https://www.youtube.com/watch?v=TEnDBg131FA

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
François Richer
Réalisation
Thibaut Mommeja
Production déléguée
Aliette Hovine
Collaboration
Mathilde Thon-Fourcade
Collaboration