En 2020, plus de 9 Français sur 10 déclarent avoir consommé des produits biologiques, un chiffre en augmentation.
En 2020, plus de 9 Français sur 10 déclarent avoir consommé des produits biologiques, un chiffre en augmentation.
En 2020, plus de 9 Français sur 10 déclarent avoir consommé des produits biologiques, un chiffre en augmentation. ©AFP - DENIS CHARLET
En 2020, plus de 9 Français sur 10 déclarent avoir consommé des produits biologiques, un chiffre en augmentation. ©AFP - DENIS CHARLET
En 2020, plus de 9 Français sur 10 déclarent avoir consommé des produits biologiques, un chiffre en augmentation. ©AFP - DENIS CHARLET
Publicité
Résumé

Depuis plusieurs années, la consommation de produits certifiés biologiques explose. Les consommateurs ont pris conscience de leur pouvoir de négociation et expriment de plus en plus leurs attentes de changement vis-à-vis des entreprises, mais aussi du corps politique et de la réglementation.

avec :

Philippe Moati (Professeur d'économie à l'Université Paris-Diderot et co-fondateur de l'Observatoire société et consommation), Jean-Claude Daumas (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté, auteur du « Dictionnaire historique des patrons français » (ed. Flammarion).), Cécile Desaunay (Directrice d'études à Futuribles, spécialiste des questions de consommation et de modes de vie).

En savoir plus

Depuis le début de la pandémie, les magasins considérés comme « non-essentiels » à la vie du pays ont fermé à chaque renforcement des mesures sanitaires. Depuis vendredi dernier, dans les 16 départements concernés par les mesures renforcées pour lutter contre le Covid-19, au moins 100 000 commerces sont concernés par la fermeture selon Bercy.

Deux tendances révélées pendant la crise sanitaire me semblent durables : la première, c'est une prise de conscience de la dimension politique de la consommation, de la dépense. Cela s'est cristallisé autour de la question de la souveraineté économique : le made in France, le soutien à l'économie locale et à son quartier à travers des petits commerces. La deuxième, c'est un engouement spectaculaire pour le faire soi-même. – Philippe Moati

Publicité

La crise sanitaire a soulevé de nombreux débats sur la place de la consommation dans nos économies : alors que certains se sont rendus compte pendant les confinements qu’ils n’avaient finalement pas besoin de consommer autant qu’ils le pensaient, les entreprises, en face, ont tout fait pour maintenir leur chiffre d’affaires et développer le commerce en ligne.

On voit une désillusion croissante des consommateurs envers la société de consommation et les acteurs qui l'incarnent, notamment les grandes entreprises et les acteurs de la grande distribution. Un tiers des Français seulement estime faire confiance aux grandes entreprises, une relation de confiance a été rompue parce que le mythe et les promesses de la société de consommation ne sont plus à la hauteur. - Cécile Désaunay

Les consommateurs expriment de plus en plus leurs envies d’une consommation plus responsable, plus éthique et plus citoyenne : le succès d’applications comme Yuka le démontre. Les industriels suivent la tendance, même si les transformations sont hétérogènes selon les secteurs : l’industrie cosmétique, par exemple, recherche de plus en plus la croissance dans les thèmes de l’environnement et de la santé, mais les produits bios et naturels certifiés ne représentaient encore que 6,4% des ventes du marché en France en 2020.

La critique écologiste de la société de consommation justifie les changements de comportements de consommation : acheter local, manger bio. Mais ces comportements, sauf dans une minorité très militante, se combinent avec d'autres qui ne vont pas dans le même sens. Par exemple, les phénomènes de rattrapage de la consommation à la sortie des confinements ne vont pas dans le sens de l'austérité. – Jean-Claude Daumas

Les consommateurs ont compris le pouvoir de décision qu’ils détenaient dans la chaîne de valeur, et expriment de plus en plus leurs attentes. De nombreux débats sont même passés en commission, comme ceux sur la publicité ou le score-carbone. Consommateur ou citoyen, faut-il choisir ? Le consommateur a-t-il vraiment du pouvoir ? Pour en parler, nous avons fait appel à Philippe Moati, économiste, professeur à l'Université Paris 7 et cofondateur de l'Observatoire Société et Consommation, Cécile Désaunay, directrice d’études à Futuribles, un cercle de réflexion indépendant de prospective, et Jean-Claude Daumas, historien de l’économie et professeur émérite  à l’Université de Franche-Comté.

À réécouter : Le consommateur peut-il sauver le climat ?

Références sonores

Références musicales

  • « La Complainte du progrès » - Boris Vian
  • « FREEDOM » - Jon Batiste
Références

L'équipe

Léa Sabourin
Collaboration
Margaux Boulte
Collaboration
Philippe Baudouin
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Aliette Hovine
Production déléguée
Anne Depelchin
Réalisation