Olivier Blanchard
Olivier Blanchard
Olivier Blanchard ©Getty
Olivier Blanchard ©Getty
Olivier Blanchard ©Getty
Publicité
Résumé

Chef économiste du FMI pendant sept années pour le moins tumultueuses puisqu'elles ont vu l'avènement de la crise financière et la crise de la dette grecque, Olivier Blanchard a marqué son mandat au FMI par une vision néokeynésienne de la macroéconomie qu'il défend encore aujourd'hui.

avec :

Olivier Blanchard.

En savoir plus

Nous recevons aujourd'hui l’ancien économiste en chef du FMI. Notre invité du jour a pris ses fonctions au FMI deux semaines avant la faillite de Lehman Brothers : le 15 septembre 2008, souvenez-vous, le monde basculait dans la crise et l’Europe découvrait avec stupeur l’ampleur de la dette grecque. Une dette qui menace alors de faire chavirer l’ensemble du Vieux-Continent. Le FMI et l’Union européenne sont appelés à la rescousse. C’est ce que raconte Costa-Gavras dans son dernier film, Adults in the room. Alors, quelles leçons tirer de la crise grecque ? Quel doit être le rôle du FMI et plus largement des économistes appelés au chevet des Etats et de leurs dirigeants ?

Références sonores : 

  • Extrait d'un discours de Stanley Fischer le 21 novembre 2016
  • Raghuram Rajan, ancien économiste en chef du FMI / Extrait du documentaire "Inside Job" réalisé par Charles Ferguson (2010)
  • Interview de Dominique Strauss-Kahn, alors chef du FMI, pour la chaine télévisée Al Jazeera le 9 octobre 2010 
  • Costa-Gavras invité d'Ali Baddou sur France Inter au sujet de son film "Adults in the room" le 25 octobre 2019 
  • Daniel Cohen s'exprime sur la réforme du travail / Invité de 8h20 au micro de Nicolas Demorand le vendredi 29 septembre 2019 - France Inter
  • Extrait de Perspectives économiques pour nos petits-enfants, par J.M. Keynes, essai publié en 1930 : 

La vitesse à laquelle nous pourrons atteindre notre destination de félicité économique dépendra de quatre facteurs : notre capacité à contrôler le chiffre de la population, notre volonté d’éviter les guerres et les discordes civiles, notre consentement à nous en remettre à la science pour diriger toutes les affaires qui sont proprement du ressort de la science, et le taux d’accumulation tel que le fixera la marge entre notre production et notre consommation. Le dernier de ces facteurs prendra bien soin de lui-même, une fois l’accord réalisé sur les trois premiers.  Mais, surtout, ne nous exagérons pas l’importance du problème économique, ne sacrifions pas à ses nécessités supposées d’autres affaires d’une portée plus grande et plus permanente. Ce problème devrait rester une affaire de spécialistes, tout comme la dentisterie. Si les économistes pouvaient parvenir à se faire considérer comme des gens humbles et compétents, sur le même pied que les dentistes, ce serait merveilleux.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En savoir plus : Le FMI a-t-il changé?
11 min

Musiques : 

  • "Gymnopédies" / Erik Satie 
  • Générique : "Time is the enemy" / Quantic