Les rouages du travail et ses sens, quelle direction prenons-nous ? Charlie Chaplin, Les Temps modernes (1936) ©AFP - Archives du 7eme Art
Les rouages du travail et ses sens, quelle direction prenons-nous ? Charlie Chaplin, Les Temps modernes (1936) ©AFP - Archives du 7eme Art
Les rouages du travail et ses sens, quelle direction prenons-nous ? Charlie Chaplin, Les Temps modernes (1936) ©AFP - Archives du 7eme Art
Publicité
Résumé

Quel avenir pour le travail, quelle sera sa place dans nos sociétés; mais également quel(s) sens prend-il pour l'individu et pour les sociétés ? La discussion s'organisera autour des enjeux concernant la place et le sens que le travail va être amené à avoir dans les prochaines années.

avec :

Nicolas Bouzou (économiste, directeur du cabinet d’analyses Asteres, directeur d’études au sein du MBA Law & Management de l’université Panthéon-Assas (Paris II)), Thomas Coutrot (économiste et statisticien du travail, co-fondateur des Économistes atterrés.), Danièle Linhart (Sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS).

En savoir plus

Nous achevons aujourd’hui notre série consacrée aux “penseurs du travail” par un débat.

Nous avons passé au crible la valeur travail, développée depuis le 18e siècle par les économistes, les philosophes et les sociologues, avant de revenir sur l’histoire de la législation, du contrat de travail et des grandes luttes sociales. Nous nous sommes ensuite intéressés aux mutations du travail liées à l’innovation et au progrès. Pour en venir aujourd’hui à cette double question: quel sens donne-t-on aujourd’hui au travail? Et quelle direction prend-il?

Publicité

Pour débattre du travail, nous accueillons autour de cette table Danièle Linhart, Nicolas Bouzou et Thomas Coutrot.

On ne peut pas considérer le chômage comme une période de loisir. Pour les chômeurs, c’est un temps vide, vertigineux et angoissant. Chacun a l’ambition de contribuer à la satisfaction de ses besoins en réalisant un travail qui a du sens. Danielle Linhart.

L’aliénation est au moins aussi forte, voire plus, aujourd’hui qu’au 19e siècle. Au 19e siècle, c’était les corps qui étaient exploités, alors qu’aujourd’hui c’est l’esprit, la subjectivité, l’ensemble de la personne qui est mise sous tension, mise à profit.Thomas Coutrot

Dans la phénoménologie de l’esprit, Hegel explique que l’esclave s’humanise en travaillant, en modifiant le monde qui l’entoure, alors que le maître se déshumanise à mesure qu’il se détache du travail. Nicolas Bouzou

Générique : "Time is the enemy" de Quantic

Références

L'équipe

Portrait de Maylis Besserie
Portrait de Maylis Besserie
Maylis Besserie
Production
Arjuna Andrade
Collaboration
Cédric Fuentes
Collaboration
Marie Plaçais
Réalisation
Cyril Breining
Collaboration