Lantignié, dans le Rhône, avec un population municipale de 870.
 Lantignié, dans le Rhône, avec un population municipale de 870. ©Getty -  Feifei Cui-Paoluzzo
Lantignié, dans le Rhône, avec un population municipale de 870. ©Getty - Feifei Cui-Paoluzzo
Lantignié, dans le Rhône, avec un population municipale de 870. ©Getty - Feifei Cui-Paoluzzo
Publicité

Depuis le XIXe siècle, la campagne française se vide progressivement. Avec une population parsemée et vieillissante, sujette à de grandes difficultés économiques, où en sont ces territoires où habitait 50% de la population jusque dans les années 1930 ?

Avec
  • Catherine Gucher Sociologue-Maître de conférences. Responsable pédagogique du master "Vieillissement, sociétés, technologies" de l'université Pierre Mendes France-Grenoble.
  • Claire Delfosse Enseignante chercheuse à Université Lyon 2 et directrice du laboratoire d'études rurales

Le 29 décembre 2020, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice dans l’Orne et ex-candidate Les Républicains aux européennes 2019, signait dans le journal  Le Monde une tribune intitulée Notre campagne s’endort, comme un vieillard qu’on oublie. Elle y dépeint une campagne à l’abandon, où les commerces ferment et où même les agriculteurs se raréfient. En serait révélatrice la crise des Gilets jaunes, qui visibiliserait les abandonnés des décideurs, implantés dans les grandes métropoles. Ce mouvement aurait mis en exergue les fractures territoriales et le sentiment d’abandon des territoires ruraux par les pouvoirs publics.

Le niveau de vieillissement des campagnes n’est pas le même. Alors que celles qui sont à proximité des villes bénéficient d’en regain démographique pour une bonne part d’entre elles, les campagnes isolées en bénéficient beaucoup moins et sont très marquées par un déclin économique. - Catherine Gucher

Publicité

Qui sont d’ailleurs les habitants des zones rurales ? Quelles mutations ont-elles connues ? Il semblerait que les campagnes soient marquées par un regain d'attractivité notamment avec le Covid, qui entraînerait une fuite des villes. Maisons plus grandes, proximité des espaces verts, ainsi que des agriculteurs, les seraient bel et bien encore attractives. Mais toutes les campagnes ne sont évidemment pas logées à la même enseigne en termes d’attractivité… De la Creuse à la Drôme, en passant par le Tarn, le Lot, où en est l’exode rural ?

L’espace rural avait une image assez négative au moment de la modernisation entamée dans les années 1950. Néanmoins, à partir des années 1980, nous avons vu un renversement du courant migratoire, qui s’est maintenu jusqu’à présent. D’une manière générale, même les communes très isolées continuent à gagner des habitants - Claire Delfosse

Pour en parler, nous avons fait appel à deux spécialistes : Claire Delfosse, géographe, professeur à l’Université Lyon 2, membre du Laboratoire d’Etudes rurales de l’INRA ainsi que Catherine Gucher, Sociologue, maîtresse de conférence, chercheuse au laboratoire des sciences sociales PACTE, Responsable de l'axe "Vieillissement Santé Trajectoires Territoires  ", Structure Fédérative de Recherche Santé Société de l’Université Grenoble Alpes.

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Antoine Jourdan
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Aliette Hovine
Collaboration
Mathilde Thon-Fourcade
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation