Migrant mother, Californie, février 1936, par Dorothea Lange (photographe américaine, 1895 - 1964)
Migrant mother, Californie, février 1936, par Dorothea Lange (photographe américaine, 1895 - 1964) ©Getty - GraphicaArtis / Contributeur
Migrant mother, Californie, février 1936, par Dorothea Lange (photographe américaine, 1895 - 1964) ©Getty - GraphicaArtis / Contributeur
Migrant mother, Californie, février 1936, par Dorothea Lange (photographe américaine, 1895 - 1964) ©Getty - GraphicaArtis / Contributeur
Publicité

Dans quelle mesure les photographies de Dorothea Lange constituent-elles un témoignage de l’Amérique en crise des années 1930 ?

Avec
  • Emmanuel Didier Sociologue, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’ENS
  • Pia Viewing Commissaire-chercheuse au Musée du Jeu de Paume

Tout au long de sa carrière, couronnée d’une renommée internationale, Dorothea Lange (1895 - 1965) a été mue par l’idée que la photographie pouvait changer le monde. La puissance de prise de conscience engendrée par l’image a conduit la photographe à sortir de son studio, d’abord pour s’intéresser à la pauvreté urbaine, mendiants de rue, soupes populaires, qui touchent les populations citadines, puis à sillonner les routes de 22 états américains pour archiver la grande migration agricole engendrée par la crise de 1929.

“Les gens que ma vie a touchés” : du portrait à la photographie sociale, Dorothea Lange progressivement rattrapée par la crise

Dorothea Lange est une pionnière de la photographie sociale, née le 26 mai 1895, elle est la fille aînée d'immigrés allemands de tradition luthérienne, installés dans le New Jersey, son enfance est marquée par le départ de son père. Elle est élevée par sa mère et sa grand-mère à New-York et elle grandit dans une certaine précarité sociale. Selon Pia Viewing "sa grand-mère l'emmène au musée très régulièrement, elle a donc un œil artistique formé très jeune et devient assez précocement sensible à la composition picturale, puis à la composition photographique... elle arrive à San Francisco à l'âge de 18 ans, avec déjà des connaissances en photographie en ayant suivi les cours Clarence White et devient une portraitiste reconnue pendant plusieurs années".

Publicité

A partir de 1929 et pour les années suivantes, la Grande Dépression frappe l’Amérique. Les populations urbaines et rurales sont durement touchées par cette catastrophe. On assiste à une augmentation des stocks des produits agricoles, la chute des cours, la baisse de la production industrielle, l'exacerbation du chômage. Dorothea Lange est touchée par la misère qu'elle découvre dans les rues, les soupes populaires, les files de chômeurs en attente d'embauche et les manifestations dont elle se fait le témoin engagé et inspiré. En mars 1933, au cœur de la crise, Franklin D. Roosevelt est élu président et lance le New Deal pour remettre l’Amérique sur pied. Selon Emmanuel Didier "le New Deal est une politique économique de redistribution, ce qui change fortement la situation. Le New Deal est aussi une grande opération de réflexivité pour les Etats-Unis, afin de trouver des façons de savoir qui ils étaient. C'est comme cela que Roosevelt finance la FSA (Farm Security Administration) et met en place des projets qui permettaient de connaître de façon universitaire, avec des photos, mais aussi des statistiques et de la sociologie, l'état du pays, de savoir comment fonctionnait l'économie, afin de pouvoir reprendre la main".

52 min

Raconter l’Amérique et toute l’Amérique : les miroirs de la crise

Dorothea Lange devient une photographe officielle de la Farm Security Administration. En 1935, elle accompagne son mari Paul Taylor à l’occasion de plusieurs voyages d’étude sur le terrain, destinés à rendre compte de la situation des migrants ayant quitté le Middle West pour la Californie rurale. Dorothea Lange s'intéresse aussi aux travailleurs saisonniers, mexicains et philippins, aux métayers noirs des états du sud, qui, selon son expression, ont "remplacé les esclaves". Selon Pia Viewing "elle montre la façon dont ces personnes cultivent leur terre, avec des moyens très basiques. Tout est fait à la main, alors que l'agriculture mécanisée existe déjà. Elle montre très clairement la pauvreté". Parmi les photos prises sur ces routes de la migration, il y a la célèbre photo d'une Migrant Mother (mère migrante), selon Emmanuel Didier "dans cette photo, la Migrant Mother n'a pas du tout perdu espoir. Elle est très soucieuse, on voit que la situation est terrible, mais on voit quelqu'un qui cherche à savoir comment s'en sortir. En cela, elle correspond tout à fait au mot d'ordre du New Deal qui était "hope, hope, hope". Il y a une connexion très particulière entre cette photo et la politique globale de cette époque".

Références sonores

  • Archive - Discours d’inauguration de Franklin D. Roosevelt lors de son élection, 4 mars 1933
  • Interview de Arthur Rothstein, documentaire réalisé en 2015 par l’Etat de l’Illinois, “Erosion of the land and Erosion of the people”
  • Lecture des Raisins de la colère de John Steinbeck, par Tiphaine de Rocquigny
  • Interview de Florence Owen Thompson, The migrant mother, par Bob Dotson à la NBC en 1979

Références musicales

« Dust Pneumonia Blues, par Woody Guthrie (1946)
Bora, de PPJ (2022)

Bibliographie

Emmanuel Didier : En quoi consiste l'Amérique ? les statistiques, le new deal et la démocratie (La Découverte, 2009)
Emmanuel Didier : Statactivisme, comment lutter avec des nombres (Zones, 2014)
Pia Viewing : *Dorothea Lange, album de l'exposition (*éditions du Jeu de Paume, 2018)

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Aliette Hovine
Production déléguée
Somaya Dabbech
Réalisation
Colin Gruel
Réalisation
Mathilde Thon-Fourcade
Collaboration
Laurence Jennepin
Collaboration
Diane de Vanssay
Collaboration
Margot Bolotny
Stagiaire