Exploiter ses ressources : épisode 1/4 du podcast Economies d'énergie

Des mineurs portant un panier rempli de charbon, près de Rymbai, au nord-est de l'Etat de Meghalaya, en Inde (janvier 2013)
Des mineurs portant un panier rempli de charbon, près de Rymbai, au nord-est de l'Etat de Meghalaya, en Inde (janvier 2013) ©AFP - Roberto Schmidt
Des mineurs portant un panier rempli de charbon, près de Rymbai, au nord-est de l'Etat de Meghalaya, en Inde (janvier 2013) ©AFP - Roberto Schmidt
Des mineurs portant un panier rempli de charbon, près de Rymbai, au nord-est de l'Etat de Meghalaya, en Inde (janvier 2013) ©AFP - Roberto Schmidt
Publicité

69% de la population mondiale se trouvant en situation d’extrême pauvreté vit dans des pays en développement dépendants des matières premières. Être riche en ressources naturelles n’est donc pas une garantie de développement. Retour sur le mal hollandais, la "malédiction des matières premières"...

Avec
  • Nicolas Mazzucchi Géoéconomiste, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), spécialiste des questions Energie, auteur notamment de « Energie, ressources, technologies et enjeux de pouvoir », ed. Armand Colin.
  • Vincent Geronimi Économiste, maître de conférences en économie à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et professeur à Sciences-Po Paris

"Une révolution industrielle est avant tout une révolution énergétique. La première fut le passage au système charbon, la deuxième le passage à une économie fondée sur le pétrole." (Nicolas Mazzucchi)

C’est le premier jour d’une nouvelle série consacrée à l’énergie. Nous commençons cette semaine, en parlant des ressources naturelles et de leur exploitation. Si l’or noir et autres matières premières sont incontestablement générateurs de richesses, leur présence sur le territoire d’un Etat ne garantit en rien la bonne santé de son économie. A en croire les économistes, ce serait même le contraire… Il existerait un “mal hollandais”, dans les régions les mieux dotées en ressources, qui entretiendrait les économies dans une dépendance vis-à-vis de cette rente. Un paradoxe parmi d’autres, au regard des liens complexes qui unissent l’économie à l’énergie. Ainsi, à l’heure d’une hausse phénoménale de la consommation mondiale, la question d’une exploitation pertinente est au centre des enjeux de gouvernance. Car d’elle dépend l’avenir réel des Etats, des populations et des écosystèmes...

Publicité

"Un État qui peut s'appuyer sur une rente rémunératrice va avoir tendance à entretenir un certain nombre de dépenses. Quand il y a un retournement de conjoncture, l'impact macroéconomique est majeur sur les recettes publiques." (Vincent Geronimi)

Références sonores : 

  • Quantic, "Time Is The Enemy", extrait de l'album The 5th Exotic, Tru Thoughts, 2001 (générique)
  • Raoul Follereau dans Sonorama, magazine sonore de l’actualité, mars 1959
  • Philippe Chalmin, au micro d'Hervé Gardette, dans Du grain à moudre, le 10 décembre 2015 sur France Culture
  • Extrait du documentaire La malédiction des ressources de Vincent Bruno, 2011
  • Michel Magne et Jean Yanne, "Pétrole Pop", 1998
  • Antoine Glaser, au micro d'Alain Foka, dans Le débat africain, le 27 juillet 2003 sur RFI
  • Michel Roy, au micro d'Antoine Garapon, dans Le Bien commun, le 05 mars 2011 sur France Culture
  • Reportage de Benjamin Lévêque sur Europe 1, le 1er août 2017
  • Snap!, "The Power", extrait de l'album World Power, 1990
Episode suivant : Les guerres de l'énergie
Entendez-vous l'éco ?
58 min

L'équipe