Des salariés de Lufthansa manifestent en marge du conseil d'administration des actionnaires de la société ©Getty -  Picture alliance
Des salariés de Lufthansa manifestent en marge du conseil d'administration des actionnaires de la société ©Getty - Picture alliance
Des salariés de Lufthansa manifestent en marge du conseil d'administration des actionnaires de la société ©Getty - Picture alliance
Publicité
Résumé

Alors que la crise économique commençait à se profiler, le gouvernement appelait a limiter le versement de dividendes aux actionnaires. Une consigne étonnante de la part d'un gouvernement a sensibilité libérale, qui pose la question de l'utilité des actionnaires et le bien-fondé de leur rémunération

avec :

Pascal Quiry (professeur de finance à HEC Paris), Patricia Crifo (professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre).

En savoir plus

Le 30 mars dernier, le ministre de l’économie Bruno le Maire appelait les entreprises ayant recours au chômage partiel à ne pas verser de dividendes. Or, selon un rapport publié hier par Oxfam, une trentaine de multinationales ont choisi de rétribuer leurs actionnaires malgré de mauvais résultats et malgré les aides publiques dont certaines ont bénéficié, une décision qui relance le débat sur le rôle des dividendes dans l’économie et sur le partage de la valeur ajoutée 

Nous en discutons avec nos deux invités Pascal Quiry, professeur de finance à HEC Paris et co-auteur du Vernimmen, Patricia Crifo, économiste, professeure à Polytechnique et Paris Nanterre.

Publicité

Les entreprises ont eu intérêt à augmenter la part des capitaux propres, c’est-à-dire issus du portefeuille des actionnaires, dans la façon dont elles se financent parce que ça réduit leur risque. Cela leur donne une plus grande stabilité, une plus grande résistance aux crises. - Pascal Quiry

L’idée que les actionnaires devraient être plus rémunérés parce qu’ils prennent plus de risque se base sur l’idée qu’ils sont une partie prenante dominante par rapport à d’autres. C’est un argument qui ne tient pas. La théorie économique montre que les salariés investissent également à risque dans l’entreprise. Quand on change d’emploi, on ne retrouve pas forcément une situation strictement équivalente, on peut aussi subir des pertes. - Patricia Crifo

Réferences sonores

  • Extrait d'une interview de Bruno Le Maire le 30 mars 2020
  • Lecture d'un article du New York times écrit par Milton Friedman et publié le 14 septembre 1970
  • Extraits de « Une chambre en ville » de Jacques Demy

Réferences musicales

  • «  On the road again » / First Aid kit 
Références

L'équipe

Antoine Jourdan
Collaboration
Léa Sabourin
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation