Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, lors d'une conférence de presse, le 12 septembre 2019.
Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, lors d'une conférence de presse, le 12 septembre 2019.
Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, lors d'une conférence de presse, le 12 septembre 2019. ©Getty -  Sean Gallup
Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, lors d'une conférence de presse, le 12 septembre 2019. ©Getty - Sean Gallup
Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, lors d'une conférence de presse, le 12 septembre 2019. ©Getty - Sean Gallup
Publicité
Résumé

L’inflation dans la zone euro est tombée à 1 % en juillet, son plus bas niveau depuis 2016. Pour réamorcer l'économie, la Banque centrale européenne a, entre autres, abaissé les taux directeurs. Pourquoi l'inflation est-elle si faible et pourquoi la BCE tente-t-elle de la relancer ?

avec :

Christophe Blot (économiste à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques)), Philippe Simonnot (économiste, ancien professeur d’économie du droit à l’université de Nanterre et de Versailles), Agnès Bénassy-Quéré (Chef économiste de la direction générale du Trésor).

En savoir plus

Après une semaine passée dans les vignobles et les chais, nous vous proposons, comme chaque vendredi, un débat d’actualité économique. Aujourd’hui, nous partons à la recherche de l’inflation disparue. Voilà des années que la Banque centrale européenne mène une politique monétaire dite non conventionnelle. L’objectif : relancer l’inflation afin que celle-ci approche le plus possible des 2%, un taux jugé optimal pour la bonne santé de l’économie. Or, dans la zone euro, la hausse des prix dépasse à peine 1% cette année et cela malgré le retour de la croissance et la baisse du chômage. Un mystère que les économistes peinent à expliquer et qui provoque de nombreux débats aux Etats-Unis comme en Europe.

Alors faut-il abandonner la cible de 2% ? L’inflation est-elle condamnée à rester basse dans nos économies marquées par la faible hausse des salaires et le vieillissement de la population ? Et quel rôle les banques centrales peuvent-elles encore jouer dans la hausse des prix ?

Publicité

Musiques : 

  • Générique : Time is the enemy / Quantic
Références

L'équipe

Charlotte Roux
Réalisation
Marguerite Catton
Production déléguée
Paloma Soria Brown
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Chronique
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation