Femmes faisant leurs courses dans un supermarché, France
Femmes faisant leurs courses dans un supermarché, France ©Getty - Jean MAINBOURG/Gamma-Rapho via Getty Images
Femmes faisant leurs courses dans un supermarché, France ©Getty - Jean MAINBOURG/Gamma-Rapho via Getty Images
Femmes faisant leurs courses dans un supermarché, France ©Getty - Jean MAINBOURG/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité

Classer, ordonner, hiérarchiser : analyser la tenue des budgets des ménages tout au long du XXe siècle renseigne sur l'évolution de la structure de la société française.

Avec
  • Florence Jany-Catrice professeure d’économie à l’université de Lille, auteure de « L'indice des prix à la consommation », ed. La découverte.
  • Michel-Pierre Chelini Professeur d'histoire économique contemporaine

Le retour de l'inflation a replacé la question du pouvoir d'achat au cœur de notre actualité contemporaine. Pourtant, si le pouvoir d’achat nous apparaît comme une préoccupation économique évidente, l’expression consacrée n’est apparue dans la presse et dans l’espace public qu’à la toute fin du XIXe siècle. Une période où la société française entre massivement dans une logique salariale. Alors que les ménages se voient allouer un revenu régulier, des polémiques sur le pouvoir d’achat apparaissent rapidement, à l’orée du XXème, et sont systématiquement portées par des protestations des classes populaires dénonçant leur paupérisation.

De 1900 à 1980, de la population aux pouvoirs publics : la montée en puissance du pouvoir d’achat comme préoccupation légitime

Dans les années 1910, une partie de la population salariée se retrouve paupérisée par une première flambée des prix et des revendications et de nombreux mouvements sociaux apparaissent. Selon Florence Jany-Catrice "on évoque souvent la croisade des femmes ou la révolte des ménagères qui contestent l'augmentation du prix d'un certain nombre de biens de première nécessité. Elles ne sont pas salariées elles-mêmes, cette croisade va jusqu'au pillage de commerçants ou au saccage des marchés, cette une révolte de femmes qui sont des consommatrices et qui défendent leur pouvoir d'achat". Un premier indice des prix est créé en 1913, il ne comprend que 13 articles de biens de consommation courante. Puis en 1946, c'est la création de l'Insee, afin progressivement d'arriver à un indice qui soit représentatif du consommateur moyen.

Publicité

En 1950, l’Etat français crée un salaire minimum interprofessionnel, le SMIG, ce qui constitue un véritable bouleversement en termes de pouvoir d’achat des classes populaires. D'après Michel-Pierre Chelini "L'idée d'un salaire minimum, interbranche, se cristallise dans les années 1930...après la seconde guerre mondiale, les salaires et les prix sont contrôlés. La loi sur les conventions collectives de février 1950 permet de fixer les cadres de contrats entre les employeurs et les employés et la négociation. Pour éviter que les salariés du bas de l'échelle ne soient lésés, le gouvernement se réserve le droit de fixer un salaire minimum, interprofessionnel et garanti"

A partir des années 1980, la contestation de l’indicateur “pouvoir d’achat” : la chute du mythe de la représentativité

Les années 1980 marquent la fin des luttes syndicales autour de la mesure de l’inflation. Selon Michel-Pierre Chelini "l e tournant de la rigueur dans les années 1983/83 en France, qui est un tournant général dans les pays de l'OCDE à partir de 1979, fait que les salaires, au-lieu de progresser à peu près au même niveau que l'inflation, ne progressent pratiquement plus. Dans le même temps, la conjoncture est favorable et on inaugure une génération de prix stables"

Dans les années 2000 et avec le passage à l’euro, la confiance dans les prix est ébranlée, il y a une perte de repère dans le pouvoir d’achat. D'après Florence Jany-Catrice "les ménages n'ont plus confiance dans la mesure d l'indicateur des prix et dans les institutions statistiques et européennes".

Références sonores

  • Lecture d’un extrait de L’atelier de Marie-Claire, Marguerite Audoux, (1920, Grasset) par Tiphaine de Rocquigny sur musique tapis Exodus - Excerpt No. 1 Interprété par Antoni WitPolish National Radio Symphony Orchestra
  • Défense du consommateur, Archive INA de 1971, ORTF, Interview de ménagères
  • Archive  publication du SMIG au Journal Officiel, 1950 INA
  • Lecture, Regarde les lumières mon amour, Annie Ernaux, 2014 par Tiphaine de Rocquigny sur musique tapis Une foule Interprété par Gaspar Claus

Références musicales

L'équipe