Depuis 2010, la loi a ouvert à la concurrence une offre légale dans trois domaines : les paris hippiques, les paris sportifs et le poker.
Depuis 2010, la loi a ouvert à la concurrence une offre légale dans trois domaines : les paris hippiques, les paris sportifs et le poker. ©Getty -  Kwok/Bloomberg
Depuis 2010, la loi a ouvert à la concurrence une offre légale dans trois domaines : les paris hippiques, les paris sportifs et le poker. ©Getty - Kwok/Bloomberg
Depuis 2010, la loi a ouvert à la concurrence une offre légale dans trois domaines : les paris hippiques, les paris sportifs et le poker. ©Getty - Kwok/Bloomberg
Publicité

Partiellement ouverte à la concurrence depuis 2010, la pratique des jeux d'argent et de hasard interroge sur la place de l'Etat pour encadrer ces pratiques et accompagner les joueurs pour éviter qu'ils ne tombent dans une forme d'addiction.

Avec
  • Jean-Michel Costes épidémiologiste, secrétaire général de l’Observatoire des jeux
  • Marc Valleur psychiatre

Troisième jour de notre série consacrée à l’économie du jeu. Une économie imprégnée d’idées et de valeurs et marquée par l’émergence et la montée en puissance de l’industrie mondiale du jeu vidéo. Nous en avons parlé au cours des deux premiers épisodes. Aujourd’hui, c’est la passion pour les jeux d’argent que nous allons explorer.

En 2017 selon l’Observatoire des jeux, les Français ont dépensé plus de 10 milliards d’euros dans les machines à sous, la loterie et les paris sportifs. C’est 20% de plus qu’il y a dix ans. L’espoir du gain et le goût du hasard attirent un public toujours plus large et touchent en particulier les populations les plus défavorisés. A tel point que certains considèrent les prélèvements fiscaux sur ces jeux comme un impôt sur la fortune du pauvre. Une occasion d’interroger le rôle de l’Etat vis à vis des jeux d’argent à l’heure de la privatisation annoncée de la Française des jeux.

Publicité

Le régulateur délègue à l'opérateur une partie substantielle voire très importante de ce qu’on appelle le jeu responsable. L’opérateur renvoie sur le consommateur la responsabilité ''voilà je vous donne, attention jouez responsable". Jean-Michel Costes

Références sonores : 

  • Jean-Pierre Martignoni-Hutin sur la sociologie des joueurs / Le vif du sujet - De la passion du jeu - France Culture (14/06/2005)
  • Lecture d'un extrait de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stafn Zweig 
  • Lecture d'un extrait des Pensées de Pascal
  • Lecture par Jacques Bonnafé du Joueur de Dostoïevski
  • Publicité de la Française des Jeux 
  • Jean-François Vilotte, ancien président de l’Arjel sur le rôle de l’Arjel en matière de lutte contre les sites illégaux / France info - Décembre 2013)

Musiques : 

  • Tumbling dice / The Rolling Stones
  • Dangerous games / Shirley Bassey
  • Générique : Time is the enemy / Quantic

Information rediffusion

Depuis le 15 mars, Radio France a activé son plan de continuité d’activité face à l'épidémie Covid-19. France Culture réorganise son antenne afin d’assurer le cœur de ses missions de service public. Cette émission a été initialement diffusée le 3 avril 2019 et est proposée à la réécoute dans ce cadre.

%C3%A0%20lire : Radiographies%20du%20coronavirus

L'équipe

Tiphaine de Rocquigny
Tiphaine de Rocquigny
Arjuna Andrade
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Guillaume Ménard
Collaboration
Léa Sabourin
Collaboration
Aliette Hovine
Collaboration
Louis Drillon
Collaboration