L’Organisation Mondiale du Commerce, dirigée depuis mars par Ngozi Okonjo-Iweala, ne veut pas être instrumentalisée dans les démêlés opposant Washington à Pékin.
L’Organisation Mondiale du Commerce, dirigée depuis mars par Ngozi Okonjo-Iweala, ne veut pas être instrumentalisée dans les démêlés opposant Washington à Pékin.
L’Organisation Mondiale du Commerce, dirigée depuis mars par Ngozi Okonjo-Iweala, ne veut pas être instrumentalisée dans les démêlés opposant Washington à Pékin. ©AFP - FABRICE COFFRINI
L’Organisation Mondiale du Commerce, dirigée depuis mars par Ngozi Okonjo-Iweala, ne veut pas être instrumentalisée dans les démêlés opposant Washington à Pékin. ©AFP - FABRICE COFFRINI
L’Organisation Mondiale du Commerce, dirigée depuis mars par Ngozi Okonjo-Iweala, ne veut pas être instrumentalisée dans les démêlés opposant Washington à Pékin. ©AFP - FABRICE COFFRINI
Publicité
Résumé

Le retour d’un président favorable au multilatéralisme à la Maison Blanche ouvre de nouvelles possibilités pour la coopération internationale, en matière de fiscalité ou de gestion de la crise sanitaire notamment. Mais les possibilités de guerres économiques ne sont jamais loin.

avec :

François Geerolf (Economiste, professeur assistant à l’Université de Californie (UCLA)), Laurent Cohen Tanugi, Mathilde Lemoine (Economiste et cheffe économiste du groupe Edmond de Rothschild).

En savoir plus

Alors que la pandémie oblige les États à une coopération renforcée pour gérer la production et la distribution de ressources nécessaires au mieux des besoins de chaque population, les tensions montent sur certains produits : vaccins, en premier lieu, semi-conducteurs, puces électroniques, etc.

Joe Biden voudrait redynamiser les institutions traditionnelles (OMS, OMC, FMI, Banque Mondiale), sur fond de tensions avec la Chine et d’approfondissement de l’intégration européenne. Le nouveau président américain a des plans ambitieux de collaboration internationale, pour traquer les paradis fiscaux et discipliner les multinationales, comme le montrent ses propositions de réformes fiscales.

Publicité

Un nouveau multilatéralisme est-il en germe ? Reposera-t-il sur des réformes fiscales, une harmonisation fiscale mondiale, un impôt mondial ? Ce sont des questions qui se posent déjà à l’échelle de l’Union Européenne.

Faut-il croire en un retour du multilatéralisme, notamment avec l’arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden ? Ou les guerres économiques ne seront-elles jamais loin, notamment avec la Chine ? Pour en parler, nous avons fait appel à François Geerolf, économiste et chercheur au CEPII, Laurent Cohen-Tanugi, avocat et Mathilde Lemoine, économiste.

À réécouter : La gouvernance mondiale dans la tourmente

À réécouter : FMI, Banque mondiale, OMC : que peut-encore le multilatéralisme ?

Références sonores

Références musicales

  • « Happiness Is Just A Thing Called Joe » - Cher
  • « Paraíso » - José

Pour aller plus loin

Références

L'équipe

Margaux Boulte
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation