En France, les « nouvelles classes moyennes salariées » représentent 7 % de la population avant la Première Guerre mondiale, 13 % au début des années 1930, 19,5 % en 1954 et 37 % en 1975.
En France, les « nouvelles classes moyennes salariées » représentent 7 % de la population avant la Première Guerre mondiale, 13 % au début des années 1930, 19,5 % en 1954 et 37 % en 1975.
En France, les « nouvelles classes moyennes salariées » représentent 7 % de la population avant la Première Guerre mondiale, 13 % au début des années 1930, 19,5 % en 1954 et 37 % en 1975. ©Getty
En France, les « nouvelles classes moyennes salariées » représentent 7 % de la population avant la Première Guerre mondiale, 13 % au début des années 1930, 19,5 % en 1954 et 37 % en 1975. ©Getty
En France, les « nouvelles classes moyennes salariées » représentent 7 % de la population avant la Première Guerre mondiale, 13 % au début des années 1930, 19,5 % en 1954 et 37 % en 1975. ©Getty
Publicité
Résumé

Si les Trente Glorieuses ont marqué l'avènement d'une classe moyenne jouissant d'un confort économique et social, la période actuelle voit cette même population menacée d'un certain déclassement face aux nouvelles technologies et à la mondialisation...

avec :

Fabien Tripier (professeur d'économie Université Paris-Saclay, conseiller scientifique au CEPII), Rachid Bouchareb (sociologue, chercheur associé au CNRS).

En savoir plus

"À l’inverse du prolétariat, la classe moyenne est caractérisée, au point de vue économique, par une sécurité relative de la vie et par une assez large indépendance " : voilà ce qu’écrit Jean Jaurès dans La dépêche de Toulouse le 3 mars 1889. Les Trente glorieuses n’ont pas encore eu lieu mais journalistes et hommes politiques tentent déjà de définir cette nouvelle catégorie attachée à la propriété et traversée par un fol espoir d’ascension sociale. Plus d’un siècle plus tard, c’est la crainte d’une disparition des classes moyennes qui domine : selon l’OCDE, elles ne cessent de reculer depuis plus de trente ans. En cause : les bouleversements du monde du travail.

Références sonores : 

  • Le sociologue Henri Mendras dans Le magazine de Radio Bleue (02/01/1989)
  • Extrait de "La loi du marché" de Stéphane Brizé (2015)
  • Raja Chatila, directeur de l'Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR) à Sorbonne Université et au CNRS / Les idées claires - "L'intelligence artificielle va-t-elle détruire des emplois ?" - France Culture (11/08/2018)

Références musicales : 

  • Générique : "Time is the enemy" / Quantic 
  • "Moral of the story" / Ashe
Références

L'équipe

Marguerite Catton
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Paloma Soria Brown
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Chronique
Aliette Hovine
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation